• Les deux guerres mondiales

  • Ce poème d'Aragon, (*) mis en musique par Léo Ferré incarne la guerre, celle de 14/18 plus précisément, qui fut bien longue et massacrante pour reprendre Georges Brassens,

     

    "Vous n'en reviendrez pas"

    Valence, le monument aux morts de la guerre de 14-18, le soldat est représenté tel les gisants du Moyen-Age, réservés aux grands de ce monde, associant ainsi dans un hommage digne tous ces modestes sacrifiés lors d'offensives meurtrières par des gradés, qui eux, ne montaient jamais au front...

     

    Alors, vous avez décidé de leur dédier des monuments pour garder leurs noms en mémoire,

    "Déjà la pierre pense où votre nom s’inscrit

    Déjà vous n’êtes plus qu’un mot d’or sur nos places

    Déjà le souvenir de vos amours s’efface

    Déjà vous n’êtes plus que pour avoir péri." (*)

     

     

    "Vous n'en reviendrez pas"

    Valence, représentation plus dans la tradition des années 20

     

    Déjà il ne reste plus que votre douleur

    que la pierre doit enfermer, immortaliser,

    vous tous qui avez perdu un proche, un être cher,

    disparu dans ces charniers inutiles.

    A tout jamais votre douleur est la nôtre.

     

    PS : en hommage à mon grand-père qui en était "revenu", gazé et donc meurtri à vie, parce qu'il était estafette et n'était rentré dans sa tranchée qu'après le gazage et avait trouvé tous les autres morts... Il m'a souvent raconté la guerre des tranchées, son horreur au quotidien.


    votre commentaire
  • Dans plusieurs paroisses de la Drôme des statues de la Vierges sont appelées ainsi car elles ont été érigées suite au vœu implorant la Vierge d'épargner la ville ou le village pris dans la déroute des troupes allemandes et l'avancée, et surtout les bombardements, des alliés.

     

    Les "Vierges du Voeu"  du 15 août 1945

    Vierge en prière qui domine la ville de Montvendre

    Le site "musée de la Résistance" dresse l'histoire de ces statues et oratoires qui marquent ainsi à la fois la joie de ces communes d'avoir été, globalement, épargnées et une volonté de réveiller la ferveur religieuse. Dans la plupart des paroisses concernées il s'agit d'un mouvement lancé, en juillet 1944, par l'évêque de Valence, Monseigneur Pic, qui s'était opposé à l’antisémitisme et avait condamné l'occupation allemande, et la date du vœu est fixée au 15 août 1945

    A Die, c'est le curé Jean Bossan qui incite ses paroissiens à implorer la protection de la Vierge en prométant de remplacer une statue, voeu qui sera réalisé, malgré l'occupation de la ville, en 1948.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Je reprends le titre d'un article de la revue "Mémoire d'Ardèche" n° 131. Le 3 mars 1944 un hameau de Labastide de Virac,  dans le canton de Vallon Pont d'Arc, les Crottes, est pris d'assaut par  des feldgendarmes, des waffen-SS et des miliciens, les 15 habitants sont fusillés, les femmes de dos, et le village en partie brulé,

     

    "Un petit Oradour" en Ardèche

    Maisons encore en ruine -  Midi Libre

    Cinq jours plus tôt les nazis avaient été tenus en échec au Mas de Serret, une ferme de la même commune,  par des membres du maquis Bir Hakeim. Une dizaine d'entre-eux sont hébergés par les habitants du hameau des Crottes. Prévenus d'une proche attaque, ils le quittent dans la nuit du 2 au 3 mars, mais les habitants refusent d'abandonner le peu qu'ils ont.

    Furieux de ne pas trouver les maquisards, les Allemands (et des SS venus des pays de l'Est- 1), les français de la milices'emparent des quinze habitants et les fusillent en trois vagues. 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Sous ce terme plutôt poétique se cache la razzia menée par le régime de Vichy sur les métaux non ferreux, nécessité de la guerre oblige, et notamment sur les monuments et autres statues de nos villes et nombre d'entre eux ont disparu dans les fonderies  allemandes. La seconde guerre mondiale a particulièrement été destructrice, entre les bombardements intensifs, les dynamitages, et le vol qualifié d'ouvrages d'art. Les monuments à nos grands hommes n'y ont pas échappé.

    Les "Vendanges de bronze" à Valence

    Le monument à Emile Augier fondu en 1942

    Une  collecte "volontaire" d'objets usuels est lancée en juillet 1941, " l'Etat paie le plomb six francs le kilo et 30 francs pour le cuivre et ses alliages, laiton, bronze, maillechort."(*) Les français ne croient pas que cette collecte profite à l'Etat Français et pensent qu'elle est destinée à l'Allemagne, et elle est un échec.

    Le 11 octobre 1941, le gouvernement de Vichy organise l'enlèvement des statues et monuments en métaux non ferreux :

    Article 1er. Il sera procédé à l’enlèvement des statues et monuments en alliage cuivreux sis dans les lieux publics et dans les lieux administratifs, qui ne présentent pas un intérêt artistique ou historique.

    Article 2. Une commission sera créée dans chaque département pour déterminer les statues et monuments qui devront être conservés, en raison de leur caractère artistique ou historique. Des arrêtés pris par le Secrétaire d’Etat à l’Education Nationale et à la Jeunesse fixeront la composition de ces commissions.

    Le prétexte : le traitement de la vigne et des pommes de terre, mais en fait de sulfatage les statues prennent le chemin de l'Allemagne, ou de fonderies en tant que "vieux métaux destinés à la refonte".

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

    Ils avaient un nom, ils avaient un visage

    La prison de Montluc - un lieu de mémoire

     mais les nazis tenaient leurs vies dans leurs mains.

    D'eux, il ne reste que la mémoire, parce qu'ils étaient célèbres, comme Marc Bloch, ou  pour avoir laissé un nom gravé dans l'une des portes de la prison de Montluc. La plupart des 10000 personnes que les nazis ont enfermé là n'en sont pas revenus, morts fusillés, dans les camps...

    Fermée depuis 2009, elle sert un temps aux entrainements de la police, le second étage en garde les traces, à gauche

    La prison de Montluc - un lieu de mémoire

    elle est aujourd'hui un lieu de mémoire géré par l'Association des Anciens combattants. La mémoire conservée de ceux qui furent internés, souvent torturés, parce devenue prison allemande et parce qu'y a sévi Klaus Barbie. Juste retour des choses, c'est là qu'il fut interné en 1983 après son extradition de Bolivie.

     

    Lire la suite...


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique