•  

    L'expression "rire sardonique", pour la plupart d'entre nous, s'applique à un rire grinçant, cruel, comme celui du Joker dans Batman,  superbement illustré par Jack Nicolson,

     

    Le rire sardonique

    dans le film de Tim Burton - Slate

     

    Hélas, cette expression est l'héritage d'une tradition sarde qui voulait que l'on exécute les personnes âgées en les ayant empoisonnées auparavant. Et aujourd'hui elle est encore appliquée aux rictus provoqués par la paralysie des muscles faciaux par empoisonnement, ou chez les personnes atteintes de tétanos. Rien qui s'apparente à un rire "gai".

     

    Le rire sardonique

    masques sardoniques : Masques puniques découverts à San Sperate (Sardaigne) Pinterest

    Dans l'ancienne Sardaigne on faisait boire aux personnes âgées une décoction de plante toxique avant de les jeter du haut d'une falaise ou de les battre à mort. L'empoisonnement provoquait  des spasmes des muscles du visage et des rictus qui pouvaient faire penser à un sourire. On pouvait alors croire que ces personnes mouraient heureuses.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le permafrost (pergélisol en français) fond, plus vite et de manière inquiétante. Mais... cela permet des découvertes qui passionnent les chercheurs. Et notamment des animaux congelés depuis des milliers d'années et dont les organes, et même du sang, ont été conservés. 

    Le petit chien découvert près de Iakoutsk, en Sibérie, par des scientifiques russes,

    Des animaux découverts dans le permafrost

    courrierinternational.com/

     

    mort il y a 18000 ans, avait conservé son pelage, sa truffe et ses organes internes. Ainsi grâce à l'ADN retrouvé dans son estomac on sait qu'il avait mangé du rhinocéros laineux, une espèce disparue depuis 14000 ans.

     

    Des animaux découverts dans le permafrost

    reconstitution au musée de la Grotte Chauvet

    Le sang d'un poulain vieux de 42000 ans, retrouvé dans le cratère de Batagaïka en Sibérie, a pu être prélevé, le plus vieux sang au monde. Il appartenait à une espèce disparue, le "cheval de Lena". Âgé de quelques semaines, il se serait noyé en tombant dans la boue, malheureusement pour lui, mais un plus pour les scientifiques qui peuvent ainsi examiner un  spécimen quasiment intact. (Je n'aime pas trop le mot de spécimen, en parlant d'un ex-être vivant).

    Mais tout cela serait vraiment magnifique, permettant de grands progrès dans notre connaissance du passé, d'espèces disparues, si ce n'était parce que le permafrost fond trop vite, et que les conséquences peuvent être catastrophiques.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • "Figure exemplaire de la photographie américaine du xxe siècle, Dorothea Lange laisse une œuvre humaniste dont la partie la plus visible concerne la crise sociale que connurent les États-Unis pendant les années de la Grande dépression. En lui permettant d'exprimer avec force son témoignage, son style novateur et direct vaut à certaines de ses images de s'inscrire en chefs-d'œuvre dans l'histoire de la photographie" Encyclopédie Universalis

     

     

    Dorothea Lange : un regard sans concessions sur l'Amérique en souffrance

    Paul S. Taylor, Dorothea Lange in Texas on the Plain - 1935 - Dorothea Lange: Politics of Seeing 

     

    Recrutée par la FSA (Farm Security Administration « Administration de sécurité des fermiers »), elle va seconder son mari l’économiste du travail Paul Schuster Taylor, et parcourir l'Amérique de la crise, elle prend des notes, s'informe et surtout prend des photos. Ses photographies marquantes vont propulser sa carrière et surtout la décider à s'orienter vers le reportage, le témoignage.  Ses clichés rappellent "les Raisins de la Colère" de John Steinbeck, et ce n'est pas un hasard s'ils nous y font penser, car John Ford s'en est inspiré pour son film.

    Son enquête permettra, grâce aussi à Eleanor Roosevelt,  de débloquer des fonds pour créer le premier camp de migrants à Marysville en Californie.

     

    Dorothea Lange : un regard sans concessions sur l'Amérique en souffrance

      Migrant Mother - 1936 Wikipedia

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Au cours de mes promenades virtuelles parmi les trésors mis à jour par l'archéologie, je me suis arrêtée en Italie pour admirer les sculptures étrusques des temples de Pyrgi, mais aussi, à l'occasion, les lamelles en or,  portant des inscriptions en étrusque et en phénicien. Tous sont conservés au "Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia" - le musée étrusque de la Villa Giulia à Rome. On peut voir des copies et des reconstitutions à l'Antiquarium de Pyrgi.

     

    Les sculptures des temples de Pyrgi

     le fronton du temple A, reconstitué - 470-460 avant Notre Ère Wikipedia

    La ville de Pyrgi était l'un des grands ports de l’Étrurie sur la côte tyrrhénienne, au nord de Rome, l'un des trois ports de Caere (Cerveteri actuelle).

    Des sculptures du fronton du temple A, dédié à Uni/Astarté, ont été trouvées en labourant un champ, c'est grâce à cela que des milliers de fragments ont pu remonter à la surface, mais c'est aussi ce qui explique leur état. Après un gros travail de reconstitution le fronton présenté décrit une scène de combat tiré de la guerre des sept contre Thèbes ( la guerre fratricide des frères d'Antigone pour la possession de la ville de Thèbes - Wikipedia).  

     

    Les sculptures des temples de Pyrgi

    on voit encore des traces de polychromie

    La facture, tout comme le thème est fortement influencée par l'art grec. Plusieurs temples ont depuis été fouillés, de manière systématique à partir de 1957, permettant de mettre à jour d'autres sculptures, et  les "lamelles" en or,

     

    Les sculptures des temples de Pyrgi

    lamelles de Pyrgi Wikipedia

    Ces lamelles découvertes en 1964 entre deux temples, étaient enroulées à la manière d'un parchemin. Les textes en étrusque, ainsi que celui en phénicien, attestent la vocation des temples à Uni/Astarté, ainsi que de l'alliance avec Carthage.

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • Tout contre l'église d'Etoile sur Rhône est déposée une ancienne pierre à mesure, telles qu'on les utilisait avant la Révolution,

     

     

    Les pierres de mesure à travers l'exemple d'Etoile sur Rhône

    ... que le passant est en train de regarder...

    On sait que ce n'était pas là sa place d'origine, elle serait le dernier témoin de l'ancienne halle.

    C'est l'une des rares conservées dans la Drôme avec celles de Donzère, de Menglon et de Saint Nazaire le Désert. Valence et Crest ont conservé la mémoire de ces pierres dans le nom d'une place ou d'une rue.

    Taillée dans une grande pierre, elle comporte trois cavités de taille différente, ouvrant sur le devant par les orifices identiques.

    Les pierres de mesure à travers l'exemple d'Etoile sur Rhône

     

    On y mesurait les grains, mais aussi d'autres marchandises (sel...). On remplissait par le dessus et l'orifice était fermé par un portillon fixé par des gonds dans la pierre. Ensuite un radoire égalisait la surface, (règle ou rouleau qui a une rive (côté) carrée et l'autre ronde. Les grains et farines se radent du côté de la rive ronde) - (1).  Les denrées s'écoulaient ensuite par devant, et pour faciliter l'écoulement les cavités ont toutes un fond incliné. 

    La mesure à Etoile était le setier : les cavités étaient étalonnées en :

    1 setier - 73,06 litres

    1/2 setier : 1 emine ou eymine

    1/4 de setier : 1 quarte

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Dans l'histoire touffue de l'ancienne Mésopotamie, plusieurs femmes ont laissé leur nom en empreinte dans l'argile ou la pierre.  Enheduanna, qui signifierait "Noble ornement du dieu Ciel", était une prêtresse, fille du grand roi Sargon, qui unifia Sumer et Akkad. Elle  a vécu au 23e siècle  avant notre ère et est considérée comme le plus ancien auteur dont le nom nous soit connu.   

     

    Le premier écrivain dont le nom nous soit connu était une femme

     Le disque d'Enheduanna - Penn Museum (University of Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropology) in Philadelphia - Wikipedia :

    "Enheduanna est représentée au milieu de trois autres personnages sur un disque d’albâtre de 26 centimètres de diamètre trouvé en 1927 dans les fouilles du gipar (ou giparu = presbytère) du sanctuaire de Nanna à Ur dans une couche datée du xxe siècle av. J.-C. et actuellement visible au musée archéologique de l'université de Pennsylvanie à Philadelphie[6]. Au dos du disque figure l'inscription : « épouse de Nanna et fille de Sargon ». Également, deux sceaux portant son nom et datés de l'époque de Sargon ont été découverts au cimetière royal d'Ur.

    Plus de 100 tablettes cunéiformes ont été retrouvées et traduites de poèmes attribués à Enhedua"

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le Mémorial des anciens camps de concentration et d'extermination d'Auschwitz tente de garder la mémoire de ceux qui sont venus dans les trains plombés et y ont péri pour la plupart. Des milliers d'objets, vêtements, lunettes, valises, etc, sont conservés pour que les visiteurs tentent de matérialiser l’ampleur du massacre et pour que soit aussi toujours présente la réalité de ce que furent ces victimes.

    En procédant à la conservation de ces témoins, une équipe a découvert, cachés dans des chaussures d'enfant, des pages manuscrites, portant notamment le nom d'Amos Steinberg, déporté depuis le ghetto de Theresienstadt près de Prague.

     

    Témoignages manuscrits dans des chaussures d'enfant au Mémorial d'Auschwitz

     

    Cette découverte est émouvante, parce qu'il s'agissait d'un enfant, parce qu'elle prouve que l'on peut encore faire des découvertes, parce qu'elle démontre aussi la volonté de laisser une trace, un nom, des racines.  Celles de ces juifs Hongrois, qui, en 1944, ont été transportés à Auschwitz où  325 000 à 330 000 d'entre eux trouveront la mort.

     

    "From surviving documents, it follows that the mother and her son were deported to Auschwitz in the same transport on 4 October 1944. It is likely that they were both murdered in the gas chamber after selection. We may presume that she was most likely the one who ensured that her child's shoe was signed. The father was deported in another transport. We know that he was transferred from Auschwitz to Dachau on 10 October 1944. He was liberated in the Kaufering sub-camp,' said Hanna Kubik from the Museum Collections."auschwitz.org/en/museum/

    «D'après les documents conservés, il s'ensuit que la mère et son fils ont été déportés à Auschwitz dans le même moyen de transport le 4 octobre 1944. Il est probable qu'ils aient tous deux été assassinés dans la chambre à gaz après sélection. On peut présumer qu'elle est probablement celle qui a veillé à ce que la chaussure de son enfant soit signée. Le père a été expulsé dans un autre moyen de transport. Nous savons qu'il a été transféré d'Auschwitz à Dachau le 10 octobre 1944. Il a été libéré dans le sous-camp de Kaufering », a déclaré Hanna Kubik des collections du musée." Traduction Google

     

     

    Visiter le musée d'Auschwizhttp://auschwitz-pologne.fr/visiter-auschwitz/

    Voir aussi la photo de l'un de ces convois : les "carnets d'Auschwitz"

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires