• La restitution d'antiquités volées à leur pays d'origine est en train de se généraliser. Le 2 juillet dernier, la France rendait au Pakistan plus de 400 objets exportés en contrebande et saisis par la Douane. Mais cette contrebande, qui alimente un marché des antiquités florissant, pose un problème qui lui n'est pas résolu, la destruction des sites archéologiques. 

     

    La France restitue au Pakistan plus de 400 objets pillés dans des tombes

    Photo de la Douane française

     

    Le pillage de tombes des IIe et IIIe millénaires avant notre ère, sans doute de cimetières du Baloutchistan méridional, au Pakistan a permis de mettre à jour des objets en bon état de conservation, notamment pour la céramique, attisant la convoitise de collectionneurs peu regardants sur leur origine. En 2006 les douanier de Roissy tombent sur "17 céramiques, accompagnées d'un document affirmant qu'il s'agissait d'objets de plus de cent ans d'âge, et d'une facture de 1 210 euros." (www.francetvinfo.fr).  D'autres saisies auront lieu et au total 445 objets anciens seront ainsi découverts,  expertisés par un chercheur du CNRS, puis restitués au Pakistan après plusieurs années de procédure.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • 1940, en Pologne, les occupants Allemands enferment les juifs dans des ghettos, celui de Łódź est le second plus important après celui de Varsovie.  On le sait aujourd'hui, ils préparaient la déportation de masse tout en contrôlant les habitants de ces ghettos et en les affamant.

     

    Quand Henryk Ross photographiait le ghetto de Łódź

    Henryk Ross : enfant cherchant de la nourriture

     

    Henryk Ross, photographe de métier, était alors spécialisé dans le sport. Mais son origine juive fait qu'il sera chargé de faire des photos d'identité et de propagande pour le département des statistiques. Il va pouvoir prendre, de manière clandestine, de nombreux clichés du ghetto. Mais, dans la crainte d'être arrêté, il enterre les négatifs lorsque Himmler décide la liquidation du ghetto de Łódź en aout 1944.

    Quand Henryk Ross photographiait le ghetto de Łódź

    Déportation de masse des habitants du ghetto.

    Après la guerre, ayant survécu, il déterre les négatifs et les fait développer, apportant ainsi un précieux témoignage sur la Shoah. 

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • C'est la question posée par un article de National Geographic, enrichi par les dernières découvertes effectuées sur un site qui est loin d'avoir été entièrement fouillé. Cette cité agricole, établie il y a plus de 9000 ans avant notre ère, dans l'actuelle Turquie,  pourrait bien être la première "ville" de par son importance. (1)

     

    Çatal Höyük : première ville de l'humanité ?

    le site  photographie de MARION BULL/ALAMY/ACI

     

    Découvert en 1951 par une équipe composée de David French, Alan Hall et James Mellaart, le site a fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles, la dernière, toujours en cours, a débuté en 1993, conduite par Ian Hodder, un étudiant de l'Université de Londres. En 2006,  ce sont deux nouvelles équipes conduites respectivement par Peter Biehl et Burçin Erdoğu qui poursuivent les fouilles à l'ouest.

    Les conditions climatiques de ce tertre, Çatal Höyük (prononcer Tcha-tal Heu-yuk) signifie  "colline de la (petite) fourche" ; nécessitent la protection du site, notamment contre l'érosion  combinée à l'alluvionnement de la rivière en contrebas.

     

    Le travail des archéologues a pu mettre au jour plusieurs niveaux d'habitation qui se sont succédé depuis l'Âge de Pierre. Des maisons imbriquées les unes dans les autres et où l'on accédait par le toit.

    Çatal Höyük : première ville de l'humanité ?

    une habitation reconstituée Wikipedia

     

    Au fil des fouilles et des découvertes les archéologues a permis de se représenter la vie sociale, les relations économiques, les cultures successives, les rites  des habitants de Çatal Höyük au cours des millénaires d'occupation du site, inscrit depuis 2012 au Patrimoine mondial de L'Unesco.  

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    La littérature, la langue et l'écriture irlandaises ont conservé la mémoire des anciens Celtes. La société des Celtes avait sans cesse évolué depuis l''Antiquité. Organisée en groupes tribaux répartis en petites unités dans un habitat rural dispersé, le roi symbolise l'unité de ce territoire. La famille, le clan, le royaume, les liens du sang, la propriété collective de la terre sont les pivots de cette société.

    Le christianisme apparaît au Ve siècle, diffusé par Saint Patrick. L’apprentissage du Latin ouvre les esprits à la culture antique et les monastères concentrent richesse et pouvoir en plus du patrimoine culturel. L'inspiration celtique ancienne renaît à travers l'iconographie chrétienne et inspire les enluminures. Croix monumentales sculptées dans la pierre, reliquaires, châsses, crosses où se mêle parfois l'influence de l'art viking s'épanouissent encore au XIIe siècle. Ce n'est qu'avec l’invasion anglo-normande, en 1169, et l'arrivée de nouveaux ordres monastiques venus du continent, que l'art celtique sera supplanté par d'autres modèles. Seule la littérature en conservera la trace. (1)

     

    Mémoires celtiques

    Les livres de Durrow, à gauche, et de Kells à droite

    L'ornementation s'inspire de l'orfèvrerie où les artistes celtes expriment tout particulièrement leur peur du vide. (1)

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le site des grottes préhistoriques de Soyons rouvre au public aujourd'hui 3 avril 2019.

     

    Les effets d'un changement climatique sur le mode de vie des néandertaliens de Soyons

    Reconstitution d'un habitat néandertalien - Grottes de Soyons

    La réouverture pour la saison printemps été avait été compromise par les découvertes des chercheurs du CNRS dans la grotte de la Baume Moula-Guercy.  

    Un brutal réchauffement climatique lors de la dernière période interglaciaire (128 000 à 114 000 ans) avec des températures supérieures à celles que nous connaissons, a entraîné la formation d'une grande forêt de feuillus et un effondrement de la population européenne. La steppe, lieu de chasse privilégié des chasseurs cueilleurs a été remplacé par la forêt, dans laquelle les grands mammifères ne se plaisent pas.

    Les sites archéologiques de cette période sont rares, d'où l'intérêt de la découverte dans la grotte de Soyons d'une population de chasseurs cueilleurs qui a survécu, notamment grâce au cannibalisme. Sujet on en peut plus tabou, le cannibalisme n'était attesté que dans 4 sites néandertaliens durant les 100 000 dernières années de leur présence. (CNRS)

     

    Lire la suite...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires