•  

    La littérature, la langue et l'écriture irlandaises ont conservé la mémoire des anciens Celtes. La société des Celtes avait sans cesse évolué depuis l''Antiquité. Organisée en groupes tribaux répartis en petites unités dans un habitat rural dispersé, le roi symbolise l'unité de ce territoire. La famille, le clan, le royaume, les liens du sang, la propriété collective de la terre sont les pivots de cette société.

    Le christianisme apparaît au Ve siècle, diffusé par Saint Patrick. L’apprentissage du Latin ouvre les esprits à la culture antique et les monastères concentrent richesse et pouvoir en plus du patrimoine culturel. L'inspiration celtique ancienne renaît à travers l'iconographie chrétienne et inspire les enluminures. Croix monumentales sculptées dans la pierre, reliquaires, châsses, crosses où se mêle parfois l'influence de l'art viking s'épanouissent encore au XIIe siècle. Ce n'est qu'avec l’invasion anglo-normande, en 1169, et l'arrivée de nouveaux ordres monastiques venus du continent, que l'art celtique sera supplanté par d'autres modèles. Seule la littérature en conservera la trace. (1)

     

    Mémoires celtiques

    Les livres de Durrow, à gauche, et de Kells à droite

    L'ornementation s'inspire de l'orfèvrerie où les artistes celtes expriment tout particulièrement leur peur du vide. (1)

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le site des grottes préhistoriques de Soyons rouvre au public aujourd'hui 3 avril 2019.

     

    Les effets d'un changement climatique sur le mode de vie des néandertaliens de Soyons

    Reconstitution d'un habitat néandertalien - Grottes de Soyons

    La réouverture pour la saison printemps été avait été compromise par les découvertes des chercheurs du CNRS dans la grotte de la Baume Moula-Guercy.  

    Un brutal réchauffement climatique lors de la dernière période interglaciaire (128 000 à 114 000 ans) avec des températures supérieures à celles que nous connaissons, a entraîné la formation d'une grande forêt de feuillus et un effondrement de la population européenne. La steppe, lieu de chasse privilégié des chasseurs cueilleurs a été remplacé par la forêt, dans laquelle les grands mammifères ne se plaisent pas.

    Les sites archéologiques de cette période sont rares, d'où l'intérêt de la découverte dans la grotte de Soyons d'une population de chasseurs cueilleurs qui a survécu, notamment grâce au cannibalisme. Sujet on en peut plus tabou, le cannibalisme n'était attesté que dans 4 sites néandertaliens durant les 100 000 dernières années de leur présence. (CNRS)

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • 2018, un particulier veut faire construire une maison dans son terrain tout près d'Aléria et découvre, par hasard donc, sur des vestiges.

    "La présence soupçonnée de vestiges mobilise alors au mois de juin 2018 une équipe de chercheurs de l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) . Ils tombent rapidement sur une nécropole de l'époque romaine forte de 130 sépultures enchevêtrées, dans un état de conservation remarquable." (*) 

    Parmi ces sépultures une tombe étrusque en hypogée est mise à jour,

     

    Une tombe étrusque découverte en Corse

    Tombe étrusque en hypogée en cours de dégagement et poteries, objets en bronze et miroir,                      Denis Gliksman, Inrap

    Plus que par sa teneur cette découverte est majeure car la sépulture était inviolée et grâce aux moyens techniques actuels, son étude peut se révéler capitale pour mieux comprendre cette civilisation. Elle confirme aussi la présence étrusque en Corse sur le site d'Aleria-Lamajone, connue depuis les fouilles menées par Jean et Laurence Jehasse dans les années 1960 sur la butte de Masselone et plus au sud à la nécropole de Casabiana, de culture étrusque.
    Il est avéré que les Étrusques avaient établi des comptoirs en Corse. Après la bataille d'Alalia (Aléria en grec) les Phocéens, Étrusques et Carthaginois sont amenés à réglementer le trafic maritime et la Corse orientale passe sous influence étrusque.

    Grâce à la découverte de ce tombeau étrusque, la campagne de fouille reprend avec un grand chantier collectif qui réunit  sous l'égide de la DRAC et de la Collectivité de Corse, plus de 70 chercheurs,  de l'Inrap ainsi que des Universités, du CNRS...

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  Jusqu'au XIXe siècle, à Valence, comme dans beaucoup de communes tout au long du Rhône , c'est par un bac à traille que se fait la liaison entre les deux rives.

    L'un des pylônes subsiste sur la rive ardéchoise, à Guilherand, à côté de la clinique,

     

    Traverser le Rhône à Valence - le bac à traille

     

    Dès l'antiquité on atteste l'existence d'un pont de pierre - pont péri - d'où le nom de Pompéry d'un quartier de Bourg lès Valence, puis d'un pont de bateaux.(1)

    Le premier bac à traille était situé au nord de la ville, à l'emplacement du pont gallo-romain, au niveau de la porte Lanterne. Il est attesté dès le XIe siècle.

    Un pont médiéval, construit fin XIIe, début XIIIe, donc en même temps que le pont Saint Benezet d'Avignon(2),  a été détruit en 1219 par une crue du Rhône, et n'a pas été reconstruit sous la pression des passeurs du bac. (1)

    Traverser le Rhône à Valence - le bac à traille

    Le bac à traille représenté en bas à gauche sur ce plan de Valence - Cosmographie de Belleforest 1575 - Musée de Valence. Photographie personnelle d'une reproduction du Service Valence Ville d'Art et d'histoire

     

    Lorsque le port est déplacé suite à l'ensablement du port médiéval, au XVe siècle, un second bac à traille est construit, plus au sud, depuis l'actuelle rue des Pêcheurs à Granges à la rue de la Pêcherie à Valence, à l'emplacement du pont médiéval, dont l'une des piles est utilisée comme sous-bassement.

    Les piliers en bois du Moyen-Age sont remplacés par des pylônes de pierre en 1793,

    Traverser le Rhône à Valence - le bac à traille

    Bac, et bac à traille de Valence AD Drôme. Collection Marius Villard, 8 Fi 72). Reproduction d´une estampe du 18e ou 19e siècle – auteur inconnu - patrimoine.auvergnerhonealpes.fr

     

    Le bac à traille fonctionne jusqu'en 1830, date de la construction du pont Seguin.  Les ponts qui vont se succéder ensuite seront toujours situés dans cette zone.

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Un vitrail roman de  l’ancienne collégiale Saint-Étienne de Troyes fondée en 1157 par Henri Ier, aujourd’hui démolie, a été retrouvé.  Il a pu être préempté par l’État lors de la vente aux enchères.

     

    Un vitrail du XIIe siècle retrouvé et en cours de restauration à Troyes

    Arch. Dép. Aube (NM) sur le site https://fr.aleteia.org/
     
    Lire la suite sur le site en lien...
     
    La ville s'est doté d'une "cité du vitrail" pour mettre en valeur son riche patrimoine et développer le vitrail contemporain. C'est donc une bonne nouvelle que le retour de ce vitrail roman, rare et authentique.
     

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires