• Monuments, sites, curiosités

  • Il est logique de débuter mon étude des ponts sur le Rhône à travers le temps par le célèbre "pont d'Avignon", ou pont Saint Bénezet, du nom de celui dont la légende reste attachée au lieu.

     

    Les ponts sur le Rhône - 1/ le pont Saint Benezet

    le pont et la cité papale en arrière plan depuis l'île de la Barthelasse en 2011

    Le Rhône a longtemps été un fleuve impétueux et le traverser n'était pas chose facile. Dès l'antiquité des ponts sont jetés par delà les deux rives, ponts de bateaux, ponts de bois, aucun ne résiste.

    Le Moyen Age  tente de construire des ponts de pierre, par exemple à Valence et comme ici à Avignon. Véritable prouesse architecturale, le pont Saint Bénezet résistera tant bien que mal aux crues du Rhône jusqu'au XVIIe siècle où il ne sera plus reconstruit. Il fut le seul pont pendant des siècles entre Lyon et la Méditerranée alors qu'ailleurs il fallait emprunter un bac à traille, ou des barques,  pour traverser.

     

    Les ponts sur le Rhône - 1/ le pont Saint Benezet

    Le pont au XVIIe -Plan de 1618 -Archives Municipales d'Avignon - Avenio vulgo Avignon (Atlas van Loon)

    Du pont du XIIe siècle il ne reste que  la chapelle basse, qui indique la hauteur initiale du pont,

     

    Les ponts sur le Rhône - 1/ le pont Saint Benezet

    la chapelle basse et ses trois arcatures, visible sur la photographie de droite

    Le pont comptait 22 arches, il n'en reste que 4, et mesurait 915 mètres, avec un angle pour amortir les effets du vent.

    Autre défi, le Rhône était alors une frontière, il fallait donc une structure défensive, et des octrois. Ajouter à cela un hôpital, car au Moyen-Age on ne concevait pas de pont sans hôpital. Fort de sa mission divine Bénezet a en premier lieu récolté des fonds grâce à un ordre religieux composé d'hommes et de femmes, les Fratres Pontifices. En 1185, le pont est achevé et les Consuls établissent le tarif des droits à payer par les usagers du pont.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Grâce à l'association "Sauvegarde du Patrimoine romanais et péageois" il est possible de visiter les cours intérieures des hôtels particuliers de Romans, lovés tout autour de la collégiale Saint Barnard, des lieux où l'on n'entre pas d'ordinaire. Témoins de l'opulence passée de la ville, ils réservent de belles surprises derrière des façades discrètes, voire transformées au fil du temps. 

    A la fin du Moyen-Age la draperie de Romans s'exportait jusqu'au Proche Orient. Les marchands et artisans enrichis par cette industrie florissante se font construire de beaux hôtels particuliers de styles gothique flamboyant et Renaissance.

     

    Les hôtels particuliers de Romans sur Isère témoins de l'opulence passée

    Les hôtels particuliers de Romans sur Isère témoins de l'opulence passée

    en bas à droite décor de fenêtre de l'Hôtel Chabert

    L'Hôtel du Port Roux, ci-dessus, conserve encore un espace de vente donnant à l'arrière dans la cour. Il a conservé aussi son puits, surmonté d'une trompe, un escalier à vis et un décor varié.

    Si beaucoup ont perdu de leur superbe aujourd'hui, il en reste du moins l'essence, et certains ont été restaurés, remaniés lors des siècles suivants.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • A l'occasion des Journées Nationales de l'Archéologie 2018, le Service Patrimoine de Valence   (1) en partenariat avec le Musée (2), avaient organisé une visite à la découverte du « groupe cathédral ».

    On entend par ce terme un ensemble architectural, d'envergure, qui comprend plusieurs bâtiments, la cathédrale, d'autres lieux de culte, et comme ici, des bains rituels, un baptistère, la demeure de l'évêque, celles des chanoines de son entourage. De l'important ensemble du haut Moyen-Age il ne reste plus que la cathédrale et l'ancien palais épiscopal, qui accueille le musée depuis 1911.

    Les fouilles entreprises lors des travaux de rénovation de la place des Ormeaux, 2003-2004 ; puis lors de la réfection du Musée, 2009-2010 ; ont permis de localiser les ensembles rituels qui reliaient le palais à la cathédrale, et de retrouver des vestiges du palais épiscopal du Moyen-Age,

     

    Le groupe cathédral de Valence

    (5)

     Les premières fouilles ont eu lieu au XIXe siècle lors des travaux du clocher, qui ont été, aussi, l'occasion de détruire l'église Saint Etienne, construite sur le baptistère lorsque les baptêmes par immersion ont été abandonnés. L'emplacement du baptistère est aujourd’hui matérialisé par un tracé en calade devant la cathédrale.

     

    Le groupe cathédral de Valence

     Depuis la cathédrale avec le musée en fond.

    André Blanc, lors de fouilles en 1950-1960 a aussi mis à jour des restes romains dans les fondations de la cathédrale. (3)

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Soyons : des millenaires de peuplement humain

    le site du village de Soyons

     Situé en bordure du Rhône et au pied du massif de Malpas, le village de Soyons actuel s'étire le long de la "86". Mais le site a été occupé depuis la préhistoire par les hommes de Neandertal.

    La revue Archéologia d'octobre 2017 lui consacre un article dans la rubrique "visite"

    Soyons : des millenaires de peuplement humain

    "Notre rubrique "Visite" s'intéresse à Soyons, en Ardèche. De la Préhistoire au Moyen Âge, ce village est un livre ouvert sur l'histoire de la moyenne vallée du Rhône. Des incroyables grottes creusées dans le calcaire aux sous-sols de l’agglomération actuelle, une occupation continue y a été révélée"

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Si les gallo-romains avaient établi leurs habitats dans les plaines, au bord des voies de navigation et de liaison, au Moyen-Age bien souvent, les villages sont grimpés sur les collines, serrés sur ou près d'une motte castrale et bien entendu, une église.

    Cet article est le résultat d'une exposition qui s'est tenue à Livron, exemple drômois de village perché qui de nos jours s'étale le long du Rhône et de la fameuse Nationale 7, même si elle a parfois perdu cette appellation.

     

    Les villages perchés : un héritage médiéval

    depuis la mairie et la salle où se tenait l'exposition : en premier plan les maisons qui longent la nationale et derrière, en haut de la colline, le village "médiéval"

     

    Très documentée, cette exposition mise en œuvre par Patrick Berger revenait sur l'histoire, les caractéristiques des villages perchés de Drôme et d'Ardèche, souvent moins connus que leurs voisins de PACA, mais tout aussi intéressants.

    Il est vrai que ce type d'habitat est typiquement méditerranéen,  il a correspondu au Moyen-Age à un nouveau mode de vie, hérité peut-être des Gaulois, voire de la période préhistorique, plus que de celui des Romains. Qu'ils soient défensifs, ou dus à la nécessité de se regrouper autour de ressources moindres, ils peuvent aussi être plus ostentatoires lorsque le seigneur désirait que son palais puisse être vu de loin, ainsi celui  des Adhémar à Montélimar,

     

    Les villages perchés : un héritage médiéval

    les fortifications n'existaient pas à l'origine et la demeure romane était dominée par une terrasse ouvragée, aujourd'hui transformée en loggia vitrée. Il reste à savoir s'il reste un exemple unique, ou s'il n'est que le seul du XIIe siècle qui nous soit parvenu parce qu'il était construit en pierre et non en bois. Mes connaissances ne me permettent pas de répondre à cette question. La chapelle voisine, plus ancienne, était paroissiale.

    Les critères qui définissent un village perché ne sont pas toujours la hauteur, je reproduis ici l'un des panneaux de l'exposition :

    Les villages perchés : un héritage médiéval

     

    Lire la suite...


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique