• 1916 : l'incendie des Nouvelles Galeries de Valence

    Et en parallèle, l'histoire des grands magasins qui ont quelque peu bouleversé l'histoire de la ville. J'ai précisé de Valence, car malheureusement les bâtiments des Nouvelles Galeries ont brûlé dans plusieurs villes de France, le pire incendie s'étant produit à Marseille en 1938 (sur le site du Vieux Marseille).

     

    1916 : l'incendie des Nouvelles Galeries de Valence

    21 février 1916, le dernier étage des Nouvelles Galeries prend feu à partir du parquet et atteint des bidons de résinol. Il faudra 9 heures aux pompiers pour éteindre l'incendie, et on le voit, comme à chaque fois, l'évènement attire les badauds. Le troisième étage est entièrement détruit et les autres sévèrement endommagés par le ruissellement de l'eau. 

    La reconstruction est confiée aux architectes historiques de la compagnie des Nouvelles Galeries, Léon Lamazière et son fils Marcel. Mais, en pleine guerre mondiale, la main d’œuvre est rare, ce n'est qu'à partir de 1920 que les travaux débutent et le magasin ré-ouvrira ses portes en 1922. C'est  l'immeuble que nous connaissons encore aujourd'hui,

     

    1916 : l'incendie des Nouvelles Galeries de Valence

     

    Comme d'autres de la ville, il est né de l'essor des grands magasins partout en France, au XIXe siècle, inaugurant un nouvel art de vivre, avec des endroits où ces dames pouvaient se promener, admirer toute sorte de produits sans avoir obligatoirement affairer à  des vendeurs-ses. Tout ça, alors que les maris se retrouvaient dans les tous nouveaux cafés, datant eux-aussi de la même période, et qui restaient interdits aux femmes.  On le voit bien, tout un art de vivre. ouch

    Le second grand magasin, bien connu des anciens Valentinois, était les "Dames de France", autre grande chaîne,  fondée en 1898 par les frères Gompel (Gustave, Alfred et Adolphe).

     

     

    1916 : l'incendie des Nouvelles Galeries de Valence

    L'ancienne implantation au rez de chaussée des 26 à 30 avenue Victor Hugo -  Sur le site "Commerces immarcescibles"

    Dans les années 1930, il déménage au 17, sur plusieurs niveaux, pour devenir un magasin luxueux,  et arbore une façade art déco, toujours en place :

    1916 : l'incendie des Nouvelles Galeries de Valence

    Tous ceux qui ont eu la chance de le connaître se souviennent des escaliers, des ascenseurs, et de tout l'agencement du magasin. 

    A noter que le groupe "Galeries Lafayette", dérivant des "Galeries" historiques de Théophile Bader et son cousin Alphonse Kahn, rue Lafayette, repris en 1893,  lancera cette mode des grands magasins. Et contrairement aux deux autres évoquées, elles existent encore dans plusieurs villes de France, pas seulement à Paris. Leur reprise des Nouvelles Galeries de Valence, ne pourra pas les sauver définitivement.

    On le sait ces grandes enseignes sont vouées à disparaître des centres villes depuis l'apparition des grands centres commerciaux en périphérie des villes.Après une tentative de reprise les deux enseignes finiront par fermer définitivement leurs portes dans les années 2000. Après des travaux de restauration et de transformation, l'immeuble des Nouvelles Galeries est devenu un espace de travail partagé, avec un salon de fitness en rez de chaussée, et les Dames de France, un espace commercial "le Centre Hugo".

    ***************************

    Pour en savoir plus :

    L'histoire des Nouvelles Galeries,

    sur le site de la ville ICI

    Carte patrimoine de la Drôme ICI

    le renouveau des Nouvelles Galeries, Peuple libre ICI

    Aux Dames de France sur Wikipedia

    « Un promeneur découvre un trésor de l'âge du Bronze en SuèdeBruno Braquehais : premier photo-reporter aux côtés des communards »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 6 Juillet à 17:05

    Je découvre ton autre blog !

    Très intéressant.

    Bises Fardoise

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :