• Bibliothèques - musées - sites

  • L'un des objets du musée de Valence, un fragment d'os, va être numérisé et digitalisé à l'aide d'outils innovants.

    "Le 17 février, il a été sélectionné dans le cadre d’un challenge national coorganisé par ESI (un transporteur d’art), Clic France (Club innovation & culture) et Artmyn (un centre de numérisation d’œuvres d’art)." Le Dauphiné.com

     

    Musée de Valence : l'un des plus vieux calendriers sélectionné pour être numérisé.

    Os - 12 500 ans av. J.-C. Azilien - Saint-Nazaire-en-Royans, Grotte de Thaïs, Drôme
    Dépôt de la commune de Saint-Nazaire-en-Royans, 2006  Musée de Valence D 990.9.33

     

    Trouvé donc dans la grotte de Thaïs, au milieu d'os et de galets gravés, cet os "coché" est considéré comme l'un des plus vieux calendriers de l'humanité. En rupture avec l'art pariétal et figuratif, cet os est gravé de signes abstraits,  qui se présentent en séquences. Considérés comme décoratifs, puis comme des marques de chasse, c'est grâce à une étude au microscope que les chercheurs ont établi qu'il s'agit d'une succession de séquences espacées qui suggèrent "un système d’enregistrement rythmique, une périodicité.". Notice du musée

     

    Il pourrait donc s'agir de la notation d'observations astronomiques, les phases lunaires, le rythme du soleil...

     


    1 commentaire
  •  Un précieux manuscrit, le Livre de Lismore, a été restitué, en 2020, par un Lord anglais à l'Irlande, et plus précisément à l'université de Cork.

    Le livre de Lismore : un précieux manuscrit restitué à l'Irlande

    The President of UCC, Professor John O’Halloran stated

    “This is a very historic moment for University College Cork. - libguides.ucc

     

    "Dérobé en 1640 lors du siège du château de Kilbrittain, donné au comte de  Kork et emmuré dans le château de Lismore.  Redécouvert lors de travaux en 1814, il fut transféré un siècle plus tard à Devonshire House à Londres puis à Chatsworth, siège ancestral des ducs de Devonshire . C’est son dernier propriétaire, le duc de Devonshire Peregrine Cavendish, qui a finalement décidé de renvoyer le livre dans sa terre natale". actualitte.com

    Rédigé en gaélique par des moines franciscains, entre 1478 et 1505 sur vélin, le livre de Lismore comprend 198 feuillets. Il appartenait au noble Fínghin Mac Carthaigh (McCarthy) Riabhach.

    Il s'ouvre sur les récits de la tradition irlandaise, histoire des saints (comme Saint Patrick), épisodes du Finn Cycle/Fenian Cycle, où aparaissent des héros des légendes celtiques irlandaises. Mais il couvre aussi d'autres récits venus d'autres contrées. Par exemple l'histoire des Lombards, celle des conquêtes de Charlemagne, et, plus encore, la traduction en gaélique des voyages de Marco Polo.

    Un reportage est consultable sur les sites en lien, et sur connaissancedesarts.com

     

    Un pas de plus vers une "décolonisation" de l'histoire.

     


    9 commentaires
  • Cette information est un peu passé inaperçu dans les médias, et pourtant il s'agit d'un fait grave. Un vol s'est déroulé, au mois de janvier, au musée archéologique Arkéos de Douaisis Agglo.
      

    Parmi les objets dérobés, une partie des pièces du dépôt celte de Sin-le-Noble,

    Un vol d'objets archéologiques au musée de Douai

    dépôt de la Chartreuse de Douai au musée Arkéos 

    Le détail des objets volés : bnumis.com/vol-au-musee-de-douai
     

    ainsi que des monnaies, des armes et du matériel funéraire. On le comprend, lorsqu'on voit les photos, il s'agit pour la plupart d'objets en or. Mais bien au delà de leur valeur marchande (estimée tout de même à plus de 130 000 euros), il s'agit d'un patrimoine inestimable.

    Aurons nous plus d'informations par la suite ? Et surtout pourrons nous retrouver ces objets ?

    Il reste à espérer que ces objets ont attiré plutôt la convoitise de collectionneurs donc :

     

    si vous voyez l'un de ces objets prévenir le site en lien ci-dessus.

     


    votre commentaire
  •  

    Aujourd'hui, 2 novembre, jour des défunts, je veux rendre hommage à une très ancienne Valentinoise dont le cercueil est à présent au musée de Valence.

     

    Le cercueil en plomb du musée de Valence

    Sarcophage en plomb - 1ère moitié du IVe siècle -  Photo du 4 03 2018

    Ce sarcophage était contenu dans un cercueil en bois, et il abritait une jeune femme qui reposait sur le dos, parée de bijoux, richement vêtue et sa tête reposant sur un coussin.  Elle portait aussi des chaussures et une gerbe de céréales était déposée sur elle. Deux céramiques ont été retrouvées hors du cercueil. Le milieu hermétique a permis de retrouver des fragments d'étoffes. 

     

    Le cercueil en plomb du musée de Valence

    le sarcophage lors de sa découverte INRAP , restauré et une partie de son contenu

     

    Cette sépulture a été mise à jour lors de fouilles de sauvetage effectuées, en 2007,  dans le cadre du réaménagement des boulevards de Valence, à la place du parking Montalivet. En cette Antiquité tardive, le lieu était situé sur le decumanus maximus, axe de circulation majeur (correspondant à peu près à l'avenue de Chabeuil) et qui semble abandonné au Ve siècle. Dans l'Antiquité les espaces extérieurs, le long des routes, sont réservés aux morts (cf les Alyscamps à Arles). L'espace fouillé a révélé un ensemble de sépultures et de fosses à  silo pour le moins perturbé par la construction des remparts médiévaux, le creusement du tunnel de chemin de fer au XIXe siècle. 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un nouvel ouvrage précieux, un psautier du XIe siècle vient de rejoindre la grande bibliothèque d'Internet, après avoir été numérisé par l'université d'Edimbourg.

     

    Un psautier du XIe siècle numérisé à Edimbourg

     

    Ce recueil de psaumes, que sa taille permettait de transporter sur soi, serait originaire de l'île d'Iona où  Saint Colomban et ses compagnons ont fondé un monastère en 563. 

    L'ouvrage était destiné à l'évangélisation des celtes et des pictes et fait partie de la collection des livres rares de l'université d'Edimbourg. On parle d'un "Livre de Kells" écossais.

    On peut le consulter ici :

    https://artsandculture.google.com/partner/university-of-edinburgh?date=1050

     Voir l'article d'Antoine Oury sur "Actualitte.com"


    votre commentaire
  • Au cours de mes promenades virtuelles parmi les trésors mis à jour par l'archéologie, je me suis arrêtée en Italie pour admirer les sculptures étrusques des temples de Pyrgi, mais aussi, à l'occasion, les lamelles en or,  portant des inscriptions en étrusque et en phénicien. Tous sont conservés au "Museo Nazionale Etrusco di Villa Giulia" - le musée étrusque de la Villa Giulia à Rome. On peut voir des copies et des reconstitutions à l'Antiquarium de Pyrgi.

     

    Les sculptures des temples de Pyrgi

     le fronton du temple A, reconstitué - 470-460 avant Notre Ère Wikipedia

    La ville de Pyrgi était l'un des grands ports de l’Étrurie sur la côte tyrrhénienne, au nord de Rome, l'un des trois ports de Caere (Cerveteri actuelle).

    Des sculptures du fronton du temple A, dédié à Uni/Astarté, ont été trouvées en labourant un champ, c'est grâce à cela que des milliers de fragments ont pu remonter à la surface, mais c'est aussi ce qui explique leur état. Après un gros travail de reconstitution le fronton présenté décrit une scène de combat tiré de la guerre des sept contre Thèbes ( la guerre fratricide des frères d'Antigone pour la possession de la ville de Thèbes - Wikipedia).  

     

    Les sculptures des temples de Pyrgi

    on voit encore des traces de polychromie

    La facture, tout comme le thème est fortement influencée par l'art grec. Plusieurs temples ont depuis été fouillés, de manière systématique à partir de 1957, permettant de mettre à jour d'autres sculptures, et  les "lamelles" en or,

     

    Les sculptures des temples de Pyrgi

    lamelles de Pyrgi Wikipedia

    Ces lamelles découvertes en 1964 entre deux temples, étaient enroulées à la manière d'un parchemin. Les textes en étrusque, ainsi que celui en phénicien, attestent la vocation des temples à Uni/Astarté, ainsi que de l'alliance avec Carthage.

    Lire la suite...


    3 commentaires
  •  

    La bibliothèque royale de Belgique met en ligne 213 manuscrits

     

    "Le 18 septembre prochain, KBR ouvrira son tout nouveau musée, un peu plus tard que prévu. Vous y découvrirez une collection de manuscrits datant du XVe siècle, à ce point unique qu’elle a son propre nom : la Librairie des ducs de Bourgogne. Nombre des chefs d’œuvre de cette Librairie, rescapés des outrages du temps et de l’Histoire, sont conservés par KBR."

    Dans l'attente de cette ouverture, la KBR a numérisé et mis en ligne 213 de ces manuscrits de la Librairie des Ducs de Bourgogne.

    Ils sont consultables en ligne sur le site :

    https://www.kbr.be/fr/213-manuscrits-des-ducs-de-bourgogne-en-ligne/

     

    La consultation est très simple et agréable, les reproductions d'une grande qualité.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique