• "Gyptis" : c'est le nom donné par les chercheurs du CNRS au navire qu'ils ont construit pour savoir comment les Grecs de Phocée ont traversé la Méditerranée jusqu'au site de l'actuelle Marseille.

     

    Gyptis :  à la recherche du mythe de la fondation de Marseille

     

     

    On le sait, les Grecs de l'Antiquité étaient de grands aventuriers qui ont sillonné la Méditerranée pour chercher de nouveaux comptoirs. Il y a 2600 ans des navires venus de Phocée, cité Ionienne, aujourd'hui la ville turque de Foça, ont traversé la mer pour fonder la ville de Massalia. Le mythe raconte que Photis décide de jeter l'ancre et de descendre à terre pour que ses compagnons puissent se reposer. Ils se sont si bien intégrés que quelques temps plus tard il épouse Gypsis, la fille du chef local des Ségobriges, scellant ainsi le sort de la  nouvelle ville.

    Des fouilles menées en 1993, sous la place Jules Verne, près du Vieux Port, mettent à jour deux épaves, ainsi que les vestiges d'un port antique. Deux navires, un petit voilier de commerce et une barque de pêche, qui appartenaient à la seconde génération des fondateurs de Marseille. Du mythe à la réalité.

     

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Hier soir je regardais un documentaire sur France 5 :

    "Le front populaire : à nous la vie ! "Réalisé en 2010 par  Jean-François Delassus.

    Alors que les raisons de l'éviction de Léon Blum au profit d'Edouard Daladier ont été plutôt bien évoquées,

    Rectification d'une erreur historique fréquente

    "Le front populaire : à nous la vie !" et Wikipedia

    puis le glissement vers l'abandon des valeurs et de la plupart des acquis du Front Populaire, et vers la guerre après les accords de Munich, c'est bien dommage qu'une fois encore la dissolution du Parti Communiste ait été attribuée à Pétain. Dans la suite du déni de la France de Vichy, qui n'aurait pas été LA FRANCE, ce qui a été longtemps la position des gouvernements de la Ve République, pour ne pas assumer un quelconque héritage, il est bien pratique de ne pas assumer non plus les choix d'un gouvernement qui se réclamait, encore, du Front Populaire.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le pont Saint Benezet, en provençal, ou Bénézet selon l'orthographe usuelle,  nous le connaissons comme cela :

    amputé, avec seulement quatre arches restantes. Mais il reste le seul pont médiéval sur le Rhône qui ait franchi les siècles, est-ce ce qui a fait sa renommée, ou  simplement son élégance?

    Reconstituer le pont tel qu'il pouvait être au Moyen-Age et au XVIe siècle : un rêve commun à tous, mais que les historiens et les scientifiques du CNRS ont pu réaliser grâce aux moyens virtuels, et la 3D, on peut le voir ici :

    Pont d'Avignon : la traversée du temps

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Conférence : "Quand Murs était Vaudois"

    Murs - Vaucluse - était l'un des villages Vaudois dont la destruction en 1545 a annoncé les guerres de religion et son cortège d'exactions - voir l'article ICI et les liens attachés. 

     


    votre commentaire
  • Nous qui reprochons à d'autres de ne pas respecter leur patrimoine, il y a encore peu, non seulement nous ne nous en inquiétions pas, mais, souvent, utilisions les monuments du passé comme carrières, ou comme lieux de travail, d'habitation, de culte, au risque de nombreuses dégradations, quand nous ne les avons pas purement et simplement cédés.

    Palais des Papes Avignon

    Avignon, le Palais des Papes au début du XIXe – une gravure de Lemaire en montre l'état de délabrement - Wikipedia

     

    Si aujourd'hui nous consacrons au Patrimoine (dans un sens plus large que la seule architecture) deux journées par an, et tout au long de l'année du temps et de l'énergie pour lui rendre visite, le restaurer, en parler, il ne faut pas oublier que nous devons notre intérêt et notre respect pour cet héritage à des hommes comme Victor Hugo, Prosper Mérimée ou Eugène Viollet le Duc, et grâce à eux, à la notion de « Monument historique ». Depuis la notion de Patrimoine s'est étendue, et aujourd'hui on parle aussi de patrimoine mondial, de patrimoine immatériel, et que l'UNESCO veille à sa sauvegarde. Cela ne suffit pas toujours, mais au moins l'idée chemine et avec elle l'éducation, c'est par elle que l'intérêt s'éveille.

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique