• Les camps romains du plateau de Lautagne à Valence

    Lors d'une conférence organisée dans le cadre des journées de l'archéologie, Loïc Buffat (INRAP Mosaïques Archéologie) a présenté les fouilles qui ont été entreprises sur le plateau de Lautagne, au sud de la ville, avant l'agrandissement de la zone commerciale.

     

    Les camps romains du plateau de Lautagne à Valence

    http://journees-archeologie.fr/

    Entre 125 et 52 avant Notre Ère,  ce sont rien moins que cinq camps militaires romains provisoires qui se sont installés sur ce plateau, dont la superficie allait de 20 à 45 hectares. Le plus grand pouvait accueillir plus de 10000 hommes.

    Cette conférence avait pour seul objet de présenter le résultat des fouilles, qui ont confirmé l’existence de ces camps de vastes proportions. Elles ont mis à jour les fossés, la clavicule ainsi que l'emplacement des poteaux (tour de défense) de la porte d'entrée,

     

    Les camps romains du plateau de Lautagne à Valence

    Wikipedia Maquette du siège d'Avaricum : les tours de siège, au bout des terrasses sur rouleaux - du temps de la guerre des Gaules

    On a retrouvé aussi les traces d'un cantonnement, avec son quotidien, des fours, nombreux qui permettent de retrouver l'emplacement de tentes, des piquets,  des clous - sans doute de sandales. Mais peu d'armes, si ce n'est des billes de fronde, métalliques en forme d'olives, et des pierres. Pour elles difficile de savoir s'il s'agissait de projectiles ou de simples cailloux, naturellement là.

     

    Les camps romains du plateau de Lautagne à Valence

    Wikipedia - maquette du camp devant Alesia - Archéodrome de Beaune -

    Les conclusions de cette campagne de fouilles sont à venir et seront livrées ultérieurement. Mais déjà, l'intérêt est de savoir que le site était hautement stratégique.

    "Entre les deux grandes batailles, celle du "confluent"  - celui de l'Isère et du Rhône, en moins 121, qui se solde par une défaite des Gaulois et l'annexion du territoire des Allobroges qui avaient accueilli les Salyens, tribu qui occupaient les actuelles Bouches du Rhône  - et celle de Solonion en moins 62-61,  derniers combats contre les Allobroges qui scelle la conquête définitive de la Narbonnaise. Solonion, ou Soio, n'est pas sans évoquer le nom de Soyons, et il est possible que cette bataille ait eu pour enjeu l'oppidum de Soyons. Soio laisse la place à Valencia - la vaillante - la ville romaine est cadastrée à partir de 61 avant Notre Ère."  In Wikipedia

    Je mets ce paragraphe entre parenthèses suite au commentaire ajouté le 28 octobre 2015. Je rappelle que je ne suis pas du tout spécialiste de cette période de notre histoire,  très loin de là. Ce qui semble certain, c'est que le site de la future ville de Valence a été "découvert" par les Romains. Les fouilles de l'INRAP ont mis à jour plusieurs camps romains qui se sont succédé entre les dates citées plus haut.

    Il reste à définir quel rôle ont pu jouer ces divers camps dans la conquête de ce territoire par les armées romaines.

     PS - les fouilles de sauvetage de l'INRAP en 2014-2015, ont aussi permis de mettre à jour un cimetière médiéval sur les boulevards de Valence http://www.inrap.fr/archeologie-preventive ainsi qu'un odéon sous l'ensemble paléochrétien du groupe épiscopal,  lors des travaux de réfection du musée.

    Voir aussi l'article sur les journées de l'archéologie à travers le musée de Valence ICI


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 21 Juin 2015 à 11:32

    Bonjour Fardoise, et merci pour cet article, je découvre avec plaisir.

    Je te souhaite un bon solstice, un bon dimanche et un bel été, bises.

    2
    Dimanche 21 Juin 2015 à 11:55

    Merci Triskèle, bon solstice à toi aussi.

    3
    pascal petit
    Mercredi 28 Octobre 2015 à 14:12

    deux grandes batailles, celle du "confluent"   et celle de Solonion,???? 

     

     1 la bataille que vous dites du "confluent" est appelée aussi bataille de Vindalium et est localisée plus au sud du coté du Vaucluse

     2 la bataille de Solonion: partie d'une stupidité d'un "archéologue"du XIX ème, Mr Blanc, cette localisation de Solonion à Soyons, en Ardèche, est purement fantaisiste, et repose sur rien d'autre qu'une similarité toponymique.

    Si vous cherchez Solonion, "capitale" des Allobroges - une ville celtique qui doit être d'une taille au moins comparable à celle de Bibracte-, voyez du côté de la forêt de Thivolet, entre Isère et Drôme...on y trouve encore les vestiges des murus gallicus, à savoir des centaines de mètres linéaires de tas de galets anthropiques.

    La ville de Ouentia, que l'on retrouve dans le texte de Don Cassius, c'est aujourd'hui...le plateau de Vassieux.

     

    Valence est avant tout une création romaine pour le trafic fluvial, post-conquête, et en aucun cas une ville d'importance; je suis même convaincu que le territoire des Tricastins allait au nord jusqu'à l'Isère et que ceux-ci étaient des Cavares. Je suis convaincu qu'un autre peuple Cavare était les Ségauvelaunes, que ceux-ci vivaient à l'ouest du Rhône entre le Doux et l'Eyrieux, et qu'ils ont été "déplacés"( on peut pas dire déportés) après leur défaite de -61 pour fonder la colonie de Valence, d'où cette croyance dogmatique de Valence était une ville des celtes Segauvelauniis...

      • Jeudi 29 Octobre 2015 à 20:13

        Je ne suis pas du tout spécialiste de cette période, cela se voit, je crois même que j'y suis allergique, ne me demandez pas pourquoi... Merci de rectifier mes bourdes, j'ai bêtement copié. J'aurais mieux fait de mettre le moins possible de précisions...

    4
    Vendredi 30 Octobre 2015 à 15:37

    Je viens de rectifier l'article, mais je n'ai pas supprimé la partie incriminée, question de cohérence. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :