• Vêtement et parure

    Vêtement et parure

     

  • A la question : est-ce l'outil qui a fait l'homme ou l'homme qui a fait l'outil, le néolithique, le passage de l'homme chasseur cueilleur à l'éleveur agriculteur, apporterait des éléments de réponse. Il semble bien, au vu des récentes découvertes et recherches, que l'outil ne soit qu'une réponse à de nouveaux besoins, alors que les innovations seraient plutôt le fruit de la quête d'une autre dimension, celle de l'ornement.

    Le polissage des pierres concerne d'abord la parure, la terre cuite sert à façonner des figurines et de minuscules objets.(1)

    De la parure au Néolithique

    Les « Penseurs » de Cernavodă, terre cuite, 11 cm, exposés au Musée d'archéologie de Constanța - IVe millénaire av. N.E. Wikipedia

     

    Le premier cuivre est utilisé pour les bijoux.(1)

    De la parure au Néolithique

    Nécropole chalcolithique de Varna  " Ma Bulgarie"

    D'importants gisements de cuivre permettront des échanges qui feront la richesse de Varna, où l'on trouvera aussi les premiers bijoux en or, entre 4600 et 4200 ans av. N.E.

    Les chasseurs cueilleurs du Néolithique ancien avaient coutume de s’orner de dents de cerfs, sangliers et autres mammifères, de coquillages ou de petits galets perforés.

     

    De la parure au Néolithique

    Collier de Bonnières-sur-Seine - Coquillages et dents - 

    http://archeologie.yvelnes.fr/spip.php?article92

     

    En se sédentarisant et devenant peu à peu fermiers, les hommes du Néolithique vont tailler et polir des perles, en os, en coquillages puis en pierres,

     

    De la parure au Néolithique

     

    Carnac - La parure en callaïs du néolithique européen - 5ème au 3ème millénaire avant N.E. Musée de la préhistoire de Carnac -

    https://c2rmf.fr/actualite/carnac-la-parure-en-callais-du-neolithique-europeen

     

    Petit à petit aussi, se met en place, avec l'agriculture et les échanges commerciaux,  une société plus inégalitaire où il devient important d'afficher son rang social.

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Matthäus Schwarz était un bourgeois d'Augsbourg et vivait dans la première partie du XVIe siècle. Il a laissé plusieurs ouvrages, dont l'un consacré à ses tenues vestimentaires.

     

    Dans la garde robe de Matthäus Schwarz

    BNF

    Il s'est donc fait représenter dans des tenues différentes, toujours très recherchées, dans le but de rendre compte de la mode de l'époque. Il est en cela très représentatif de la Renaissance qui accorde à l'individu de plus en plus de place.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

    De la parure - suite - une chaussure romaine

    J'ai découvert la photographie de cette chaussure romaine grâce à Facebook, sur une page consacrée à l'histoire de l'Empire Romain :

    Roman Empire History - https://www.facebook.com/groups/118105771598491/?fref=ts

    Mais j'ai choisi le cliché ci-dessus sur un autre site, qui propose des photographies de très haute qualité :

    Photo Rien Bongers sur Flickr.com - album « Saalburg » -  mais on peut aussi voir aussi les autres albums - j'ai beaucoup aimé.

    Cette sandale a en effet été trouvée en Allemagne sur le site  de l'ancien fort romain de Saalburg, situé sur les "limes" germaniques. Je trouve toujours émouvant ces objets de la vie quotidienne qui la font revivre et nous permettent d'imaginer les hommes qui les utilisaient. Ici, pour une chaussure "guerrière", elle est plutôt raffinée et ne dépareillerait pas dans le dressing d'une fashion victim.

    site du  musée de Saalburg

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Au cours des XIe et XIIe siècles, l'équipement militaire évolue. Les casques et les cottes de mailles, et autres broignes ( vêtement sur lequel sont fixées des plaques rigides)  font que les combattants sont de moins en moins facilement identifiables, et donc se ressemblent tous.

     

    Le blason et la héraldique - une autre invention du Moyen-Age

    écus pré-héraldiques - tapisserie de Bayeux - la mort de Harold Wikipedia

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Les "indiennes", ces cotonnades peintes aux couleurs vives sont l'une des caractéristiques de la Provence, difficile de ne pas en voir dans les vitrines des marchands de souvenirs.

    Les indiennes et la Provence

    Indienne des" Olivades" Wikipedia

    Ces motifs, si ce ne sont pas ceux que l'on voit le plus fréquemment de nos jours, sont plus directement inspirés des étoffes que l'on a commencé à importer de l'Inde, de Perse et de l'Empire Ottoman dès la fin du XVIe siècle. Au XVIIème siècle, l'aristocratie européenne adopte la mode des  « indiennes »: « chafarcanis » à fond rouge ou violet et fleurs blanches, ou à fond blanc et fleurs rouges ou violettes, colorées grâce à la garance ; toiles bleues d'Alep, indigo.

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique