• "Les mots d'Alienor"

    Encore un ouvrage sur Alienor d'Aquitaine, personnage haut en couleurs, au destin exceptionnel et qui continue de passionner.  Conçu comme un abécédaire, l'ouvrage ne peut qu'être riche car Alienor de par sa naissance, petite fille de Guillaume de Poitiers, troubadour,   va toute sa vie favoriser la poésie, et les poètes. Elle domine le XIIe siècle et laissera un héritage majeur.

     

    Son gisant à Fontevrault la représente lisant -preuve de sa grande érudition

    "Katy Bernard, maître de conférences d'occitan à l'Université Bordeaux Montaigne, a constitué un ouvrage à la fois complet et  divertissant. Faisant parfois parler Aliénor, introduisant des textes en langue d’oïl, en anglais et surtout en occitan, elle invite le lecteur à naviguer dans le temps, les terres, les réseaux et la vaste famille de cette figure majeure du Moyen Âge. Nous sont ainsi offerts de larges extraits de Jaufre Rudel, prince de Blaye, de Bertran de Born, seigneur d'Hautefort, ou de Bernard de Ventadour qui passa pour être fort proche de la belle Aliénor." http://www.trobar-aquitaine.org

     L'occasion de re-découvrir cette femme extraordinaire, ainsi que son époque.


    2 commentaires
  •  "La tristesse est notre destin ; mais c'est pour cela que nos vies seront chantées à jamais, par tous les hommes qui viendront."

    Parole attribuée dans l'ouvrage à Hélène.

    L'Iliade  revue par Alessando Barico

    La colère d'Achille (1) illustration de A.et M. Provensen

    « Tout commença par un jour de violence.

    Il y avait neuf ans que les Achéens assiégeaient Troie... »

    « Les deux armées remportèrent des victoires au cours de ces années-là.  Mais les Troyens ne purent jamais incendier les vaisseaux grecs, ni les forcer à reprendre la mer. Et les Grecs ne purent jamais faire une percée dans les murs de la ville pour reprendre Hélène aux Troyens » (1)

    Et la colère d'Achille racontée par l'Iliade commence par le récit de Chryséis, enlevée à Thèbes. Agamemnon doit la rendre à son père, et exige d'Achille qu’en compensation, il lui livre Briséis.  Achille, alors, décide de ne plus combattre.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • AMEN - Un film de Costa Gavras

    Tout le film est rythmé par le passage des trains, fermés à l'aller, vides au retour.



    Le personnage central, Kurt Gerstein(*), médecin devenu SS, est affecté à la désinfection et fournit le ZYKLON B. Et, un  jour, par un regard à travers l’œilleton d'une porte de chambre à gaz,  porte qui est secouée par les efforts désespérés de ceux qui veulent sortir, il découvre l'horreur de l'utilisation de ce gaz.  Nous, nous ne verrons rien, juste ce que lui ressent à travers l'expression de son visage. En chrétien convaincu, son combat sera désormais de faire savoir ce qu'il a vu.  Après son échec auprès des représentants de sa communauté, il tente de contacter le Pape, qui, pense-t-il,  peut seul pouvoir faire pression sur Hitler pour stopper la machine. Le film est le constat de l'échec de sa tentative, comme ont échoué tous ceux qui ont essayé de faire savoir ce que tout le monde tentait d'oublier. Certains vont jusqu'à dire que la machine ne pouvait pas être arrêtée ??

     Et pendant ce temps, les trains roulent.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Joan Of ArcStatue dans le jardin des Doms- Avignon

     la statue a été placée là en hommage rendu en 1996 au millénaire capétien.

    La chanson de Léonard Cohen rend  toute cette ambiguïté entre le mythe et la réalité, derrière l'admiration :

    Now the flames they followed Joan of Arc
    as she came riding through the dark;
    no moon to keep her armour bright,
    no man to get her through this very smoky night.
    She said, "I'm tired of the war,
    I want the kind of work I had before,
    a wedding dress or something white
    to wear upon my swollen appetite."

    Well, I'm glad to hear you talk this way,
    you know I've watched you riding every day
    and something in me yearns to win
    such a cold and lonesome heroine.
    "And who are you?" she sternly spoke
    to the one beneath the smoke.
    "Why, I'm fire," he replied,
    "And I love your solitude, I love your pride."

    "Then fire, make your body cold,
    I'm going to give you mine to hold,"
    saying this she climbed inside
    to be his one, to be his only bride.
    And deep into his fiery heart
    he took the dust of Joan of Arc,
    and high above the wedding guests
    he hung the ashes of her wedding dress.

    It was deep into his fiery heart
    he took the dust of Joan of Arc,
    and then she clearly understood
    if he was fire, oh then she must be wood.
    I saw her wince, I saw her cry,
    I saw the glory in her eye.
    Myself I long for love and light,
    but must it come so cruel, and oh so bright?

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • René Vautier, réalisateur et scénariste, et  militant, est mort en Bretagne le 4 janvier 2015. Je reviens, comme beaucoup sur son film le plus connu, "Avoir 20 ans dans les Aurès", que j'ai vu plusieurs fois, sauf dans sa version "numérique" sortie en 2012. Film militant s'il en est, et plus qu'un seul témoignage sur la guerre d'Algérie, cette guerre qui n'a jamais osé dire son nom, c'est avant tout un film antimilitariste et antiraciste.

      Disparition de René Vautier réalisateur de "Avoir 20 ans dans les Aurès"

    René Vautier en 2008 sur le site http://www.lemonde.fr

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique