• A travers les découvertes archéologiques

    Arles - Les Alyscamps

  • Le permafrost (pergélisol en français) fond, plus vite et de manière inquiétante. Mais... cela permet des découvertes qui passionnent les chercheurs. Et notamment des animaux congelés depuis des milliers d'années et dont les organes, et même du sang, ont été conservés. 

    Le petit chien découvert près de Iakoutsk, en Sibérie, par des scientifiques russes,

    Des animaux découverts dans le permafrost

    courrierinternational.com/

     

    mort il y a 18000 ans, avait conservé son pelage, sa truffe et ses organes internes. Ainsi grâce à l'ADN retrouvé dans son estomac on sait qu'il avait mangé du rhinocéros laineux, une espèce disparue depuis 14000 ans.

     

    Des animaux découverts dans le permafrost

    reconstitution au musée de la Grotte Chauvet

    Le sang d'un poulain vieux de 42000 ans, retrouvé dans le cratère de Batagaïka en Sibérie, a pu être prélevé, le plus vieux sang au monde. Il appartenait à une espèce disparue, le "cheval de Lena". Âgé de quelques semaines, il se serait noyé en tombant dans la boue, malheureusement pour lui, mais un plus pour les scientifiques qui peuvent ainsi examiner un  spécimen quasiment intact. (Je n'aime pas trop le mot de spécimen, en parlant d'un ex-être vivant).

    Mais tout cela serait vraiment magnifique, permettant de grands progrès dans notre connaissance du passé, d'espèces disparues, si ce n'était parce que le permafrost fond trop vite, et que les conséquences peuvent être catastrophiques.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Lorsque John White, nommé gouverneur de la toute nouvelle colonie de Roanoke par Sir Walter Raleigh, débarque sur l'île avec ses navires aux cales pleines, il ne trouve que des traces des 115 hommes et femmes qui composaient la toute première colonie en territoire Croatoan : "les mots « Croatoan » gravé sur un poteau bien visible, et « Cro » sur un arbre." (*)

    Depuis le mystère de la disparition de la première colonie britannique est resté entier, chercheurs et archéologues tentent de retrouver des vestiges pouvant  expliquer ce que ces colons ont pu devenir. Des artéfacts européens ont été découverts récemment, comme cette poignée de rapière,

     

    Les archéologues sur les traces de la première colonie britannique en Caroline du Nord

    Un fragment de la poignée d'une rapière a été déterré au printemps 2015 sur le site de Cape Creek sur l'île Hatteras. Ces armes étaient utilisées par des Anglais de haut rang. PHOTOGRAPHIE DE MARK THIESSEN, NATIONAL GEOGRAPHIC

     

    La présence de colons a ainsi été attestée par la découverte de divers objets sur l'île Hatteras, à 80 kilomètres au sud-est (une poignée d’épée, des bols cassés ainsi qu’un fragment de tablette en ardoise) ; et sur le site de la baie d'Albemarle, près de la ville d'Edenton (fragments de poteries).

     

    Les archéologues sur les traces de la première colonie britannique en Caroline du Nord

    Photographie de Carte National Geographic

    La carte de la région datée de 1585 appartenant au gouverneur John White, de Cape Henry, Virginie, à Cape Lookout, Caroline du Nord, était d'une grande précision. En 2012, des chercheurs ont découvert un symbole caché sous un patch qui pourrait indiquer l'emplacement d'un fort. PHOTOGRAPHIE DE THE BRITISH MUSEUM

     

    Que peuvent permettre d'envisager sur le devenir de la "colonie perdue", ces objets, qu'il est  difficile de dater avec précision ? 

    "Mark Horton, un archéologue de l'université de Bristol, en Angleterre, qui a mené les excavations sur le site d'Hatteras." estime que cela pourrait prouver que les colons se seraient scindés en deux groupes et peut-être assimilés aux Croatoans. Si on peut en effet déduire qu'un important déplacement a eu lieu, peut-on être certains que ces objets étaient bien en possession des premiers colons lors de ce déplacement ? 

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • On le  sait, les glaciers fondent, tout comme la banquise, entraînant la fonte du permafrost (pergélisol), qui à long terme s'avèrera catastrophique.  Mais dans l'immédiat la fonte des glaces permet de mettre à jour de nombreux artefacts anciens. C'est le cas en Norvège où la fonte d'un glacier a permis de dégager une ancienne route dans un col de la montagne de Lomseggen et des objets de la vie courante datant de l'époque viking.

    La glace a permis de conserver des pièces de vêtement, une chemise en laine vieille de 1800 ans a été découverte en tout premier lieu, ou comme cette mitaine,

    La fonte des glaces permet la découverte de nombreux artefacts et d'une ancienne route vikings

    Espen Finstad/Secretsoftheice.com (1)

    des pièces d'équipement des chevaux, comme cette "raquette"

    La fonte des glaces permet la découverte de nombreux artefacts et d'une ancienne route vikings

    The horse snowshoe (1)

    des parties de traineaux, des outils, des armes ainsi que des ossements. Soit plus de 1000 artefacts datés d'environ 300 à 1 500 après J.-C

    Depuis 2011, date à laquelle un été particulièrement chaud a fait débuter la fonte du glacier, celle-ci s'est achevée en 2019. Elle a permis, en plus des objets, de redécouvrir une ancienne route de col en montagne, "couloir de migration vital pour les colons et les agriculteurs se déplaçant entre les établissements d'hiver permanents le long de la rivière Otta, dans le sud de la Norvège, et les fermes d'été de haute altitude plus au sud." (2)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Un minuscule fragment de corde, 6,2 sur 0.5 mm.  a été découvert lors de fouilles à l'Abri du Maras, en Ardèche méridionale, à la sortie des gorges,

     

    un fragment de corde néandertalienne découvert en Ardèche

    Photographie du fragment de corde prise par microscopie numérique CNRS

     

    L'intérêt de cette découverte est multiple, déjà par la rareté, peu d'objets d'origine organique ont pu être conservés, et ensuite par la datation, plus de 40000 ans. Ce fragment de corde aurait donc été fabriqué par des néandertaliens, et apporte ainsi une preuve de plus de leurs aptitudes et leurs avancées technologiques. En effet l'étude au microscope a permis de constater que les fils étaient torsadés, et qu'ils provenaient de conifères. Il s'agit de la plus ancienne preuve de technologie textile connue.

    Le site a fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles, mettant à jour plusieurs niveaux d'occupation, et surtout du Paléolithique moyen. Les études portant sur des sociétés néandertaliennes sont menées dans plusieurs sites ardéchois, j'ai déjà parlé de la découverte effectuée sur le site de Soyons, ICI.

    ------------------------------------------

    "Néandertal, tisseur de cordes " CNRS

    L'Abri du  Maras, thèse, http://theses.univ-lyon2.fr/

                 "              sur Persée  fouilles de 1993


    votre commentaire
  • A l'occasion d'une campagne de fouilles achevée en 2019, les chercheurs de L'INRAP ont mis à jour ce qui s'avère être le plus grand cimetière juif du Moyen-Age, la plupart ayant disparu après leur appropriation par la couronne de France.

     

    A Châteauroux découverte d'un important cimetière juif médévial

     

    Une première fouille en 1994 dans ce même secteur du quartier des Marins avais mis à jour 10 tombes d'enfants de 6 mois à 8 ans, tous inhumés dans des cercueils. La dernière campagne a permis de découvrir 46 nouvelles tombes, celles d'adultes et de grands adolescents, inhumés eux aussi en cercueil, datées du XIIe au XIVe siècle.  

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Une  étonnante "Vénus" datant du Paléolithique supérieur vient d'être mise à jour sur le site de Rénancourt près d'Amiens.

    Les « Vénus » préhistorique de Renancourt

    "Vénus aux cheveux" sur le site de l'INRAP

     

    Il s'agit de la quinzième statuette découverte sur ce site, et les archéologues supposent qu'il pouvait y avoir là un atelier de production de ces figures féminines caractéristiques de la période dite Gravettienne -qui doit son nom au site de La Gravette, situé sur la commune de Bayac, en Dordogne, et a duré d'environ 31 000 à 22 000 ans - on lui doit notamment les célèbres Vénus de Lespugue, de Willendorf et la Dame de Brassempouy.
     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Depuis plus de 2000 ans ces chevaux sont attelés à leur char, pour voyager dans le temps comme ils avaient sans doute voyagé à travers les territoires.

    Des chevaux enterrés debout avec leur char découverts en Bulgarie

    Le Figaro

    Cette découverte est unique car il s'agit d'un char celtique. On sait que chez les Gaulois le cheval est plus qu'un simple compagnon, il est très important, au point qu'on lui voue un vrai culte. D'ordinaire les chevaux sont inhumés couchés. Voir ICI

    Du char, il ne reste que les empreintes du bois et les garnitures de métal.

    L'autre question est celle de la présence de Gaulois en territoire Thrace, à plus de 2000kms de chez eux. 

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique