• Les eaux minérales de Montmirail

    Connues des touristes, randonneurs et grimpeurs, les « dentelles de Montmirail», falaises calcaires transformées sous le fait de l'érosion en aiguilles et pics de craie,

    Les eaux minérales de Montmirail

    Les « dentelles » Wikipedia

    ont été à l'origine des eaux minérales qui ont fait le succès de la station thermale de Montmirail. Bien que située sur les communes de Gigondas et de Beaumes de Venise, cette station thermale était accessible depuis Vacqueyras, et son nom reste lié à cette commune.

     La source sulfureuse a été découverte en 1744, mais c'est au XIXème siècle qu'elle est vraiment exploitée, après son rachat par les frères Bourbousson en 1842. Ils obtiendront en 1859 l'autorisation d'exploiter aussi l'eau verte à usage médical.

     C'est cette dernière qui fait le succès de la petite station thermale, elle est même décrite comme « unique en France » par le chimiste Henry Ossiau, dans son rapport de 1856. Le dictionnaire général des eaux minérales et d'hydrologie médicale, de 1860 reprend cette idée en rapprochant cette eau de celles de la Souabe, « elle provient du lessivage, par les infiltrations supérieures, de plâtres alternant avec des marnes tertiaires (miocène) qui composent la chaîne alpine sur la berge gauche du Rhône... ». « Le calcaire ancien contient du carbonate de magnésie et du sulfate de chaux ; par double décomposition, on a ainsi du sulfate de magnésie. » (traité de H.Ossiau).

    Les eaux minérales de Montmirail 	Le dictionnaire mentionne «  deux sources très voisines, l'une sulfatée magnésique et sodique, tempér., 16,5° ; l'autre sulfurée calcique, tempér., 16°. Cette dernière, désignée sous le nom d'eau verte, en raison de sa teinte légèrement verdâtre... se rapproche beaucoup de celles de Sedlilz, d'Epsorn et de Seidchut... sans avoir la saveur désagréable de la première... ». L'autre source, l'eau sulfureuse, employée dans le traitement des maladies de peau, est ainsi définie par le Traité général pratique des eaux minérales de la France et de l'étranger : «  la source (Gigondas) est froide (16°), limpide, d'une odeur d'oeufs couvis, d'une saveur nauséabonde et salée. » Traduire, oeufs pourris, odeur bien caractéristique de l'hydrogène sulfuré.

    « L'eau verte de Montmirail passe facilement et purge très bien et à des degrés variés, suivant les doses ingérées. On l'emploie avec succès dans les états gastriques soit muqueux, soit bilieux, contre les constipations opiniâtres, les engorgements abdominaux en général, et les maladies du foie. » (Guide pratique des eaux minérales de la France et de l'étranger) .

    Le traitement combine l'eau purgative à l'eau sulfureuse, « utilisée dans les affections de la peau, le catarrhe pulmonaire et la dsyménorrhée. » (Dictionnaire général des eaux minérales)

     

    Les eaux minérales de Montmirail

     

    La station est ouverte de juillet à septembre et accueille principalement des curistes du Vaucluse, des départements voisins, (parmi eux les Félibres, Mistral, Aubanel, Roumanille) et quelque uns du monde entier, dont la plus célèbre fut la tragédienne Sarah Bernhardt.  On prend à jeun 3 à 4 verres d'eau pure ou coupée de lait chaud. L'eau sulfureuse est administrée en bains, boisson, étuves, douches, lotions, gargarismes, injections.

    Les eaux minérales de Montmirail

     Les bouteilles d'eau verte seront exportées partout dans le monde, jusqu'au Brésil ou en Egypte, après qu'elle ait été médaillée par l'Exposition universelle de 1878.

     Le succès entraine vite un épuisement de la source d'eau verte, et il semble bien que dès la fin du XIXème siècle, on ait eu recours à la fabrication d'une eau artificielle, la législation permettait alors de la commercialiser malgré tout comme eau « naturelle ». C'est ainsi que la classe le dictionnaire encyclopédique des sciences médicales de 1864-1888.

     On ne sait pas où était fabriquée cette eau artificielle, J.P. Locci penche pour une fabrication locale, mais il semble que cela ne soit pas là qu'il faille chercher l'origine de la désaffection de la station thermale, exploitée jusqu'en 1939, puis dévastée durant la dernière guerre mondiale. La ville d'Avignon avait envisagé le rachat de l'hôtel en 1943, sans résultat et il faut attendre 1961, pour qu'il soit transformé, par la société des eaux minérales de Montmirail, en hôtel restaurant accueillant les touristes dans un cadre verdoyant et calme. Ce qu'il est toujours.

     NB : l'Académie de Médecine rappelait en 2006 qu'il faut savoir limiter sa consommation d'eaux minérales. Elles ne peuvent être proposées comme boisson de consommation courante, trop riches en calcium, elles peuvent provoquer une hypercalcémie et donc des calculs rénaux ou biliaires.

    ***********************************************************************************************

     Sources - si l'on peut dire :-) : 

     À l'origine de cet article, celui que Jean-Pierre Locci, "Gigondas, de la terre à l'eau purgative", revue "Sauvegarde et Promotion du Patrimoine industriel et commercial en Vaucluse", n° 50-51 2010, 

     ainsi que la fort intéressante exposition " Soignés-Soins-Soignants", organisée en 2010 par les Archives départementales de Vaucluse" 

     Sur le site de la Bibliothèque Nationale, Galica : 

    •  Dictionnaire général des eaux minérales et d'hydrologie médicale. Tome 2 / par MM. Durand-Fardel,... Eugène Le Bret,... J. Lefort,... ; avec la collaboration de M. Jules François,... pour les applications de la science de l'ingénieur à l'hydrologie médicale... -J.-B. Baillière et fils (Paris)-1860
    • Traité général pratique des eaux minérales de la France et de l'étranger... J.E. Pétrequin et A. Soquet Lyon, 1867
    • L'Hygiène par les cures thermales, par le Dr H. Mauban,... Préface de M. le professeur A. Gilbert,...Éditeur : C. Delagrave (Paris) 1908
    • Manuel des baigneurs, précédé de l'histoire des bains chez les peuples anciens et modernes... suivi d'un traité de la natation...  Raymond, Victorin (Dr) Ed.Desloges (Paris) 1840
    • Traité pratique d'analyse chimique des eaux minérales potables et économiques, avec leurs principales applications à l'hygiène et à l'industrie,... par MM. Ossian Henry père,... et Ossian Henry fils,.. G. Baillière (Paris) 1858
    • Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales. Première série, A-E. T. trente-et-unième, DYN-EBE / publ. sous la dir. de Raige-Delorme et A. Dechambre [puis de] A. Dechambre [puis de] L. Lereboullet ; L. Hahn secrétaire de la dir. [puis] directeur-adjoint Asselin et Houzeau (Paris) 1864-1888

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Août 2014 à 09:36

    commentaire posté lors de la première publication de cet article sur mon autre blog :

     

    Marc de Metz

     

    J'en sais bien plus après la lecture de ton article qu'avant de le mire.
    Je ne sais pas pourquoi mais le nom de Montmirail m'est très familier.
    Je te souhaite une bonne soirée à venir et aussi une très très bonne année 2014.
    @mitié de Metz, Marc.

     

    2
    marc de Lascours
    Samedi 31 Décembre 2016 à 10:36

    je possède une pub cartonnée (25X34) de l'eau minérale de Montmirail.  Je peux vous vous l'envoyer par mail si vous voulez.

                                             Cordialement  Marc

    3
    Lundi 2 Janvier à 10:34

    Merci, si l'on peut la publier sur le NET... Il y a une page contact sur le blog.

    Encore merci.

     

    4
    Marc
    Mercredi 18 Janvier à 18:31

    Je ne peux pas scanner mon affiche" eau de Montmirail" pour le moment car elle a un format trop grand. Je le fais dès que je peux. Cordialement  Marc

      • Jeudi 19 Janvier à 08:53

        Merci, mais il n'y a aucune urgence. C'est vrai que j'ai eu du mal à trouver des affiches sur les eaux de Montmirail et si vous m'autorisez à la publier, je l'ajoute à mon article.  Cordialement Françoise

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :