• Décembre 1851 : la Drôme républicaine s'insurge contre Louis-Napoléon

     Décembre 1851 : le coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte déclenche un sursaut républicain. Des personnages emblématiques (Victor Hugo – Victor Schœlcher – le père Lacordaire...) symbolisent cette opposition.

     A Paris, comme dans d'autres lieux, l'insurrection est vite réprimée,. « Mais dans le Midi, notamment dans l’Ardèche et la Drôme, de véritables armées populaires vont se lever, à Die, Dieulefit, Bourdeaux, Privas, Montélimar et ailleurs, au nom des libertés bafouées, d’une révolte contre la misère et d’une exigence de dignité. »

     La France connaît toujours une grande crise économique. La République issue de la Révolution de février 1848 voit ses espoirs déçus et en décembre 1848 Louis-Napoléon Bonaparte est élu « démocratiquement » chef de l’État pour 4 ans.

    « L'espoir fait vite place à la réaction, l'ancien avocat Ferlay, adversaire de la République, est nommé préfet. Les républicains s'organisent autour du député Mathieu de la Drôme. » (2) L'insurrection de Lyon de 1849 sert de prétexte à la mise en état de siège de la Drôme. La clandestinité s'organise et l'opposition se manifeste à travers réunions clandestines, fêtes traditionnelles, carnavals ( à Ancône, Saint Gervais sur Roubion, ...) etc.

    Décembre 1851 : la Drôme républicaine s'insurge contre Louis-Napoléon

     Murs - Vaucluse  2004- selon la tradition, Carmentran est à effigie du dirigeant d'alors.

    En 1850 l'état de siège est renforcé.

     

     Dans la nuit du 2 décembre 1851, Louis Napoléon viole la légitimité constitutionnelle à travers « six décrets proclamant la dissolution de l’Assemblée nationale, le rétablissement du suffrage universel masculin, la convocation du peuple français à des élections et la préparation d’une nouvelle constitution pour succéder à celle de la Deuxième République »(3) ; et par une série d'arrestations. Il souhaite notamment prolonger ses pouvoirs à 10 ans

     Dès le lendemain, la nouvelle circule et des attroupements se forment dans la Drôme.

     Entre le 6 et le 8 décembre des insurgés approchent de Crest, d'autres se concentrent vers Loriol et Montélimar, et Dieulefit. De là part une importante colonne qui conflue sur Crest.

     Principalement ruraux, ces bataillons sont inorganisés, mal commandés, car les principaux dirigeants ont été arrêtés. « Le soulèvement drômois se soldait partout par un échec. Sur ces hommes déjà douloureusement accablés et cruellement déçus allait s'abattre une terrible répression minutieusement organisée par le préfet Ferlay. » (2)

     

    Décembre 1851 : la Drôme républicaine s'insurge contre Louis-Napoléon

    Suite à la répression, les prisons du département sont vite remplies, et la tour de Crest, dès le 30 décembre, fait quasiment le plein de ses capacités en accueillant 205 prisonniers. Pourtant il seront 457 le 23 janvier au soir, dans des conditions maximum d'insalubrité et de d'inconfort. Le préfet Ferley répond avec un règlement draconien.  Après plusieurs mois de détention, certains prisonniers sont envoyés au bagne – Toulon, Guyanne, ou dans des camps en Algérie, en prison à Belle Ile en mer, Riom. En avril 1852, la tour de Crest se vide des derniers insurgés. (4). Les derniers insoumis seront libérés en 1859.

    « La révolte drômoise de 1851 n'a pas été qu'un feu de paille. Tout au long du Second Empire, instauré un an après, et malgré un régime policier insoutenable, leur résistance a continué de s'affirmer en de multiples occasions. » (2)

     

    Décembre 1851 : la Drôme républicaine s'insurge contre Louis-Napoléon

    http://www.1851.fr/lieux/drome.htm

    la statue en bronze et la statue en pierre

    En 1910, la municipalité de Crest érige le monument "L’insurgé" : jeune paysan, son fusil à la main. Symbole républicain, la statue est déboulonnée en 1942 sous prétexte de la récupération des métaux non ferreux.  Une nouvelle statue est mise en place en 1991, grâce à l'action d'un comité local.

    Il s'agit d'un "survol" des évènements, plus de détails sur les sites mentionnés en notes :

    (1) Nicole Pedley -L'insurrection de 1851 dans la Drôme - http://ber04.free.fr/Insurrection%201851.htm

    (2) Robert Serre sur : http://www.1851.fr/lieux/drome.htm

    (3) - Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_d'%C3%89tat_du_2_d%C3%A9cembre_1851

    (4) La Tour de Crest – forteresse et prison – Claude Hot et Robert Serre

    Et aussi : 1851! La Drôme s'insurge. Le catalogue de l'exposition, présentée en 2011 aux Archives départementales de la Drôme relate le soulèvement des Drômois à la suite du coup d'Etat.http://archives.ladrome.fr/?id=106_253


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 29 Décembre 2015 à 13:22

    Je te souhaite un bon réveillon Françoise et plein de bonnes choses pour l'année qui s'annonce.

    Mes meilleurs vœux, grosses bises.

      • Mardi 29 Décembre 2015 à 17:43

        Merci, à toi aussi, une bonne fin d'année et un excellent début d'année 2016.  Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :