• Avignon 737, une bataille inconnue 

    "Haut Moyen-Age, Avignon est une "cité-forteresse", d'aspect encore romain. C'est aussi un centre intellectuel réputé... La noblesse provençale, d'origine gallo-romaine, se dit encore de "droit romain". Cultivée et orgueilleuse, elle supporte mal la tutelle franque. C'est vraisemblablement elle qui fait appel aux Sarrasins venus d'Espagne. Ils entrent dans Arles et Avignon en 734-735. Devenue une puissante position arabe, Avignon sera reprise par Charles Martel une première fois en 737, au terme d'un siège sanglant, et une seconde fois, deux ans plus tard. La ville redevient la propriété des Francs et les "traîtres" sont sévèrement châtiés. L'aristocratie franque prend définitivement le pays en main." Histoire d'Avignon sur "Avignon et Provence"

     

    Avignon 737, une bataille inconnue 

    guerriers carolingiens sur horizon Provence

    Pourquoi donc ne retient-on que la date de 732, et la bataille de Poitiers,  et avons nous oublié cette bataille d'Avignon pourtant décisive ? C'était le sujet de la conférence donnée dans le cadre des 9e Médiévales des Carmes, par Andrey Grunin,  historien russe auteur d'une thèse soutenue à l'Université d'Avignon sur les Carolingiens.

    Avignon 737, une bataille inconnue Comme il nous l'a indiqué il est important d'apporter la plus grande attention aux mots que nous utilisons. Andrey Grunin parle de Sarrasins,  terme employé au haut Moyen-Age plutôt que de musulmans, les mots musulmans et islam sont beaucoup plus récents ; plutôt aussi que d'arabes, il s'agissait de populations d'origines diverses, principalement berbère. Enfin il est hasardeux de parler d'occupation, tout autant que de simples raids, les sources étant très imprécises.

    Au VIIIe siècle les Omeyades occupent la péninsule ibérique et à partir d'Al Andalus ils s'aventurent plus au nord, jusqu'aux portes de la Neustrie, à l'ouest et en Bourgogne à l'est. Si en 721 Eudes, prince d'Aquitaine, bat Al-Samh près de Toulouse, en 725 Carcasonne et Nîmes sont occupées et les Sarrasins commencent à remonter le Rhône. En 725 ils assiègent Autun et pillent l'abbaye de Luxeuil.

     

    Avignon 737, une bataille inconnue les campagnes des Sarrasins en France sous le califat des Omeyades - histoire islamique.wordpress

    En 732, la date est loin d'être très certaine, Charles Martel arrête l'avancée des Sarrasins à Poitiers. "AbderRahmane al-Ghafiqi tomba au combat en défendant l’arrière garde en retrait et cette bataille est connue sous le nom de Balat ash-Shouhadah, le carré des Martyrs." histoireislamique.wordpress.com

    C'est lors de ces combats que le maire du palais "gagne " son épithète car « comme li martiaus débrise et froisse le fer et l'acier, et tous les autres métaux, aussi froissoit-il et brisoit-il par la bataille tous ses ennemis et toutes autres nations. »  Citation sur www.cosmovisions

     Devant les exactions commises par les Francs, les Provençaux du duc de Moronte se seraient alliés aux Sarrasins. Avignon a-t-elle été conquise par les Sarrasins ou livrée, encore une fois il est difficile de trancher, les sources se contredisent. La ville est occupée en 735, comme sa voisine Arles.  En 737 Charles Martel met le siège devant Avignon, devenue une puissante position sarrasine.

    La chronique de Fredegaire - que l'on peut voit affichée sur l'écran derrière Andrey Grunin, fait un résumé laconique de ce siège :

    « de nouveau, dans le cours heureux de cette année, après avoir levé une armée, il dépêche en Provence son dit frère, avec de nombreux ducs et comtes.
    Quand ils furent arrivés à la ville d'Avignon, Charles, à la hâte s'y rendit, rétablit sous sa domination toute la région, jusqu'au rivage de la Méditerranée, contraignit le duc Maurontus, à chercher refuge dans des falaises impraticables, protégées par la mer. »

    "il" : Charles Martel et son frère Carloman. 

    Avignon 737, une bataille inconnue 

    Sarrasins sur Nemausis

    La majorité des sources rapportent des scènes de massacre et de pillages, à Avignon, comme à Nîmes où les arènes auraient été remplies des têtes coupées, des Sarrasins ou des Provençaux, les deux, on ne sait pas. Les Francs continueront leur avancée et vont conquérir toute la Provence et la Septimanie, (Narbonnaise). Ce n'est que cent trente ans plus tard que les Sarrasins reviendront en Provence, et lanceront des raids à Aix, Marseille... à partir de la région de Freynet (farakhshah).

    Avignon 737, une bataille inconnue 

    prisonniers Sarrasins - cathédrale d'Oloron Sainte Marie

    Andrey Grunin a posé la question du pourquoi  de cet "oubli" de l'histoire. La seule évidence est que Poitiers est aux portes du royaume Franc, il est donc concevable que cette bataille ait été privilégiée par l’histoire de "France". Mais on peut aller plus loin. S'il est vrai que l'histoire officielle que nous avons retenue est celle écrite par les Francs eux-mêmes, on peut comprendre qu'ils ne désirent pas trop parler de leur conquête musclée des terres du sud. Charles Martel est un personnage contesté. S'il est traditionnellement considéré comme le fondateur de la dynastie carolingienne, il est vrai que c'est tout d'abord un chef de guerre qui s'est en premier lieu assuré une suprématie sur ses rivaux chrétiens. Pour aller encore plus loin, sa figure, et la "victoire" de Poitiers ont été revendiquées et mises en avant par tout le courant nationaliste, exagérant le rôle du personnage en tant que fédérateur d'une France, qui n'existait pas alors, et privilégiant la place d'une victoire qui a "arrêté" les "arabes". Voir l'article sur "Quartiers libres - Workpress.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :