• La brique réfractaire de Bollène

     A côté d'une tradition de la céramique décorée qui se maintient un peu, l'industrie de la brique réfractaire développée depuis le XIXe siècle connait un nouvel essor avec des briques supportant des températures extrêmes.

    Un patrimoine industriel qui marque le paysage, à Bollène plusieurs quartiers en portent encore la marque, notamment celui qui longe la route qui mène à Suze-la Rousse et Rochegude.

     

    La brique réfractaire de Bollène

    ici au bord de la ligne de chemin de fer de la vallée du Rhône

     

    L'exploitation de l'argile d'une qualité exceptionnelle est ancienne. Sa résistance à des hautes températures de cuisson ont permis le développement d'une industrie de la brique réfractaire, utilisée pour la réalisation de conduites d'eau, de fours destinés aux boulangers, potiers, verriers (dès le XVIème siècle les briques de Bollène sont exportées à Murano)... C'est dans la seconde moitié du XIXème siècle que se développe une vraie industrie qui se spécialise dans le réfractaire, jusqu'au déclin de cette activité dans les années trente du XXème siècle, puis avec la découverte de briques réfractaires de plus grande résistance thermique. Voir le site"patrimoine du Dauphiné".

    Après ces années difficiles, l'activité s'est maintenue et plusieurs sociétés proposent toujours des briques réfractaires à côté d'une création qui s'est diversifiée - terre pour les potiers, les sculpteurs,  céramique décorée...

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :