• Les villages perchés : un héritage médiéval

    Si les gallo-romains avaient établi leurs habitats dans les plaines, au bord des voies de navigation et de liaison, au Moyen-Age bien souvent, les villages sont grimpés sur les collines, serrés sur ou près d'une motte castrale et bien entendu, une église.

    Cet article est le résultat d'une exposition qui s'est tenue à Livron, exemple drômois de village perché qui de nos jours s'étale le long du Rhône et de la fameuse Nationale 7, même si elle a parfois perdu cette appellation.

     

    Les villages perchés : un héritage médiéval

    depuis la mairie et la salle où se tenait l'exposition : en premier plan les maisons qui longent la nationale et derrière, en haut de la colline, le village "médiéval"

     

    Très documentée, cette exposition mise en œuvre par Patrick Berger revenait sur l'histoire, les caractéristiques des villages perchés de Drôme et d'Ardèche, souvent moins connus que leurs voisins de PACA, mais tout aussi intéressants.

     

    Il est vrai que ce type d'habitat est typiquement méditerranéen,  il a correspondu au Moyen-Age à un nouveau mode de vie, hérité peut-être des Gaulois, voire de la période préhistorique, plus que de celui des Romains. Qu'ils soient défensifs, ou dus à la nécessité de se regrouper autour de ressources moindres, ils peuvent aussi être plus ostentatoires lorsque le seigneur désirait que son palais puisse être vu de loin, ainsi celui  des Adhémar à Montélimar,

     

    Les villages perchés : un héritage médiéval

    les fortifications n'existaient pas à l'origine et la demeure romane était dominée par une terrasse ouvragée, aujourd'hui transformée en loggia vitrée. Il reste à savoir s'il reste un exemple unique, ou s'il n'est que le seul du XIIe siècle qui nous soit parvenu parce qu'il était construit en pierre et non en bois. Mes connaissances ne me permettent pas de répondre à cette question. La chapelle voisine, plus ancienne, était paroissiale.

    Les critères qui définissent un village perché ne sont pas toujours la hauteur, je reproduis ici l'un des panneaux de l'exposition :

    Les villages perchés : un héritage médiéval

     

    Je ne dresserai pas ici une liste des villages perchés de la Drôme et de l'Ardèche, je ne prendrai que deux exemples, à partir de photographies que j'avais prises.

    Le premier, dans la Drôme du sud,  la Garde Adhémar,  est bien connu, il domine la vallée du Rhône sur un éperon,

    Les villages perchés : un héritage médiéval

    j'ai pris cette photographie depuis le TER, pour le contraste avec la ferme en premier plan

    c'était bien là le caractère premier des "Gardes" ces villages sentinelles. Il possède une très belle église romane.

    Le second exemple, moins connu, est situé dans l'Ardèche entre Vernoux et Alboussière, il s'agit de Boffres,

     

    Les villages perchés : un héritage médiéval

    qui a conservé une tour du château juste à côté de l'église,

    Les villages perchés : un héritage médiéval

     

    Si ces deux exemples sont représentatifs, ce n'est pas toujours le cas. L'église a pu traverser les ans,  la motte castrale peut avoir disparu sous la végétation, perdu sa maison forte, et les remparts, à plus forte raison, ne sont le plus souvent que présents dans le tracé des rues.

    Les villages perchés sont pour nous des témoins et précieux à ce titre, tout autant que pour leur pittoresque.

     


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Septembre à 17:48

    Bonsoir Françoise, c'est vrai que ces villages perchés si pittoresques sont nombreux dans le sud, mais en Italie aussi. C'était sans doute un moyen de surveiller les alentours en prévision des invasions.

    J'en ai habité un, Cabris dans les Alpes Maritimes, tout près du château (en ruines), avec une vue magnifique sur la Méditerranée:

    Merci pour cet article, bonne soirée, bises.

      • Mercredi 20 Septembre à 10:37

        tout simplement superbe. Je ne le connaissais pas, c'est vrai qu'il est impossible de tous les connaître. Merci pour cette belle découverte. Belle semaine à toi, bises

    2
    Mercredi 20 Septembre à 12:39

    Nombreux villages de ce type, aussi, dans les Pyrénées-Orientales.
    Même si la présence d'un château n'était pas forcément nécessaire. Une maison un peu plus fortifiée (et encore) faisait l'affaire...

    Merci à vous

      • Jeudi 21 Septembre à 09:21

        Tout à fait, les historiens reviennent sur la notion de "château", plus souvent des maisons fortes en effet, voire des demeures résidentielles, comme mon exemple de Montélimar. Il leur semble que le château fort soit une vision romantique du Moyen-Age.

      • Jeudi 21 Septembre à 09:26

        Pour compléter ce que j'écris dans le commentaire ci-dessus, il semble aussi que les fortifications soient apparues dans le Moyen-Age tardif, lorsque les bandes armées ont sévi un peu partout.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :