• Aguirre La Colère de Dieu - Der Zorn Gottes

    S'il est un film "historique" devenu mythique, c'est bien celui-ci. J'avais découvert ce film à sa sortie en 1972 et je l'ai pris en pleine figure, clouée à mon siège dès les premières images totalement baroques de la descente des Andes.

    Aguirre La Colère de Dieu - Der Zorn Gottes

    http://toutlecine.challenges.fr/

    Je l'ai revu sur écran lors de la sortie d'une copie neuve en 2008, lors d'une séance du "ciné-philo" au cinéma Utopia d'Avignon. La projection est suivie d'un débat dans la plus pure tradition des ciné-clubs, ici elle est toujours d'un haut niveau et permets d'enrichir sa vision du film. Le choix était ambitieux,  « Aguirre la colère de Dieu » étant un film très complexe et en raison de son caractère mythique.

    A l'origine : un personnage historique né dans le pays Basque espagnol et mort en Amazonie en 1561. Le film reprend la période, 1560, des noms de personnages réels, se donne un air de véritable chronique, celle d'un moine Gaspar de Carvajal, qui se révèlera cuipide et intolérant. Mais ce ne sont que de fausses pistes, comme toutes les références à la Conquista. Werner Herzog est un cinéaste atypique et ses références sont variées, depuis la légende de Siegried jusqu'à Shakespeare et son Richard III. La recherche de l'Eldorado se transforme en quête du Graal, de l'impossible étoile.

    Aguirre est une fiction et une « épreuve », l'expérience du tournage en conditions réelles sur le fleuve Urubamba se confond avec celle des héros, imaginée, mais réellement vécue.

    Aguirre La Colère de Dieu - Der Zorn Gottes

    http://www.allocine.fr

    Comme il l'a été justement signalé lors des débats, il faut chercher dans la manière de filmer d'Herzog pour savoir où il voulait nous emmener. Sa caméra est tantôt fixe et s'attarde sur des plans fixes, interminables : ou bien tournoyante, enfermant les personnages dans des spirales sans fin. C'est d'ailleurs le plan final du film. Enfermement dans la prédestination de son destin, inexorable, dans un éternel recommencement. La lenteur en écho est oppressante, encore plus que la nature hostile, qui s'impose par sa présence. La forêt devient une sorte de dragon vert, avec  les bruits amplifiés ou  le silence qui précède les mises à mort par les flèches d'indiens à peine visibles.

    La mise en scène très théâtrale fait de ce récit une tragédie au sens classique du terme, chaque personnage trouve son rôle, annoncé par Pizzaro au tout début, où à l'appel de son nom, la caméra nous présente le traître, Aguirre (lui même se définira comme le traître suprême), le « bon » Don Pedro de Ursúa. qui conservera entière sa noble attitude ; le bouffon, Don Fernando de Guzman, empereur malgré lui, les hommes de main ; le choeur des indiens ; et enfin les deux femmes, figures hiératiques de la piété, Inez de Atienza, et de la pureté, Flores de Aguirre. Les femmes sont inaltérables à l'inverse des armures qui rouillent et des hommes qui finissent tous à terre (hormis  Aguirre soutenu par sa folie).

    Aguirre La Colère de Dieu - Der Zorn Gottes

    http://www.allocine.fr

    Tragédie aussi la destinée, dès le départ Aguirre sait qu'il va vers l'échec, mais il sera à la taille de sa démesure. Chaque personnage est prisonnier de sa prédestination, lui plus encore. Personnage Nietzschéen, qui se transcende, il achève son rêve, celui de l'homme qui voulu être Dieu, mais finit prisonnier d'une eau plate qui n'est pas l'océan.

    Aguirre est aussi un film allemand (la version originale le confirme et lui donne toute la force de la langue allemande), au romantisme idéaliste qui ne peut faire oublier les références au nazisme, que le nouveau cinéma allemand des années soixante dix tentait d'exorciser. Le personnage même d'Aguirre, blond aux yeux bleus qui déclare « Moi, la colère de Dieu, j’épouserai ma fille et fonderai la dynastie la plus pure que la terre n’aie jamais portée. » en est l'archétype.

    Romantique, surréaliste, c'est aussi le film d'un acteur: Klaus Kinski, l'affiche l'annonce « et Herzog inventa Kinski ». Mégalomane, colérique, il porte tout le film de sa démarche ondoyante et son regard halluciné.

    Aguirre La Colère de Dieu - Der Zorn Gottes

    www.toutlecine.com

    Le film ne serait pas sans lui.

     

    NB : article à l'origine publié sur mon premier blog, "Encrer le Monde", à présent supprimé pour cause de publicité intempestive.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :