• Jacques le Goff : réinventer le Moyen-Age

    Ultime pied de nez à l'histoire, mais l'Histoire avec un grand H, Jacques le Goff s'est éteint le premier avril dernier. On résume souvent son parcours d'historien en citant les Annales, mais je pense qu'il était bien plus. Il était l'un des penseurs que le XXème siècle a su générer, notamment après la seconde guerre mondiale, où il n'était plus possible de ne rien faire de la même manière, et l'histoire en particulier.

    Faire sortir le Moyen-Age des ténèbres

    Il était aussi l'un des historiens qui ont dépoussiéré le Moyen-Age, plus précisément la vision que nous en avions. Vision d'un Moyen-Age obscurantiste, que ce que nous nommons "Renaissance", avec des hommes comme Pétrarque, dès le XIVe siècle, a peu a peu imposé comme s'il n'y avait pas eu d'humanisme avant le XVIe siècle... 

     

    L'un de ses nombreux ouvrages

    Je l'ai déjà écrit, je ne crois pas à une histoire chaotique où une période écraserait la précédente.  Tout s'est toujours joué dans la continuité plus que dans la fracture. Là où son opinion diverge avec d'autres historiens, comme Jacques Duby, c'est qu'il croyait à un très long Moyen-Age allant du IVe siècle pour s'achever au XVIIIe - pour Jacques Duby le Moyen-Age s'achève au XIIIe. Tous les deux ont raison. Le Moyen-Age, en tant que civilisation, commence avec les invasions et la fin totale de l'empire romain, qui signe la fin du monde antique, pour aller jusqu'à la révolution industrielle. Mais "l'âge d'or" du Moyen-Age c'est bien une période courte qui va du Xe au XIIIe siècle.

    Jacques le Goff : réinventer le Moyen-Age

    Les buchers, ici les Albigeois

     Alors oui, le Moyen-Age a connu ses atrocités, mais a-t-on fait mieux depuis ? Malgré cela ce n'est pas une période de ténèbres, un "dark-age". Le Moyen-Age a inventé l'intellectuel, fondé les universités, inventé la musique polyphonique, l'imprimerie, réinventé l’architecture, la peinture. ... C'est l'âge des avancées intellectuelles, l'époque des échanges avec les autres civilisations. Plus, le Moyen-Age a jeté les fondements de notre société sur tous les plans, y compris économique, et Jacques le Goff ajoute les fondements de la modernité. Et moi j'ajoute, ce n'est peut-être pas là le mieux... L'intérêt est que le débat est ouvert.

     Alors va-t-on continuer à entendre dire : "nous ne sommes pas au Moyen-Age" ?

     

    (*) On peut lire aussi de Régine Pernoud : "Pour en finir avec le Moyen-Age"

     En exergue un extrait d'un article signalé par Triskèle dans les commentaires : http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20140401.OBS2148/jacques-le-goff-mes-heros-ne-meurent-jamais.html :« Entre l'histoire et la légende, l'imaginaire médiéval construit un monde mixte, qui constitue l'étoffe de réalité naissant de l'irréalité des êtres qui séduisent l'imagination des hommes et des femmes de l'époque. L'absence de frontières entre le monde purement imaginaire et le monde transformé en fantaisie caractérise cet univers, ignorant toute démarcation entre le naturel et le surnaturel, l'ici-bas et l'au-delà, la réalité et la fantaisie. Si les soubassements essentiels de l'Europe ont subsisté depuis le Moyen Age, ses héros ont été victimes d'un oubli pendant les Lumières, qui les voient comme des «barbares» d'un monde des ténèbres. Le romantisme les a ressuscités et a chanté la  légende dorée du Moyen Age. On assiste à une troisième renaissance de l'imaginaire médiéval avec deux inventions majeures du XXe siècle:  le cinéma et la bande dessinée.  » 

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 8 Août 2014 à 07:23

    Commentaires enregistrés lors de la première publication de cet article sur mon autre blog :

    Triskèle

     Sans doute comme à toutes les  époques, le Moyen Age a connu du bon et du mauvais, mais j'avoue que j'ai du mal à savoir ce que pouvait être son "Age d'Or"!
    Je pense aux belles choses comme les enluminures que tu connais si bien, l'architecture, la peinture oui, mais aussi aux mauvaises telles que les bûchers des sorcières et des Cathares, la main-mise d'une religion toute puissante sur l'esprit des hommes, se sentant supérieure aux rois et à la science, (Galilée, Giordano Bruno) les guerres de religion...
    En fait, en ce qui me concerne, j'ai du mal à poser des bornes à cette époque, je n'y inclus pas les premiers siècles, ceux correspondant à la fin de l'empire Romain, mais je ne saurais pas dire exactement quand le Moyen-Age commence pour ma propre vision. 
    Belle journée Fardoise.

    Un très bel article, à mon avis, sur le Nouvel Observateur:

    http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20140401.OBS2148/jacques-le-goff-mes-heros-ne-meurent-jamais.html

     

    Marc de Metz 

    Le Moyen-Âge est ma période de l'histoire préférée.
    Je n'ignore pas que ce n'est pas le cas d'une immense majorité.
    Mon intérêt pour cette période grandit de plus en plus.
    Il est vrai que Metz est une ville médiévale. 
    Combien de personne savent que le Moyen-âge a avec ses différentes périodes un millénaire ? Excellent est ton article.
    Bonne soirée, Marc de Metz.

    Merci pour ton agréable commentaire sous les photos de l'exposition Art et Matière.
    A bientôt.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :