• Secrets de fabrication des manuscrits

    Le blog Gallica consacre un article à la numérisation "grâce au mécénat de la fondation Polonsky, 800 manuscrits médiévaux  antérieurs au XIIe siècle conservés à la BNF et à la British Library." Ce même article détaille les secrets de fabrication des manuscrits, objets précieux auxquels on consacrait du temps, de l'attention, et un budget conséquent.

     

    Secrets de fabrication des manuscrits

    Psautier anglais, manuscrit latin 768, fin du XIIe siècle.

     

    L'article détaille les étapes, depuis le choix des peaux, fondamental, plus encore pour les grands ouvrages, puis leur préparation. Vient ensuite la découpe, l'assemblage en cahiers constitués de bi-feuillets cousus ensembles, et numérotés.

    Ce n'est qu'ensuite que les copistes peuvent commencer leur travail, après la mise en page et le traçage de lignes à la mine de plomb pour que le texte soit le plus soigneusement écrit possible. Enfin, intervient l'enlumineur.

    Il fallait être particulièrement maître de son art.

    Le coût pouvait être réduit grâce à quelques astuces, toutes les illustrations ne sont pas colorisées, utilisation d'abréviations...

    Le livre est ensuite relié, les cahiers sont cousus ensembles, mais la plupart des manuscrits médiévaux ne possèdent pas de couverture.

    Secrets de fabrication des manuscrits

    Bibliothèque Inguebertine Carpentras

    Plus de détails dans l'article cité ici,

    https://gallica.bnf.fr/blog/09112018/manuscrits-secrets-de-fabrication?fbclid=IwAR1uTOGIRrQchzXkqukC2o4z1jWaW0m3Za39QZ71rxihbJGly2DBGMcF5dY


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :