• Un vase en verre exceptionnel découvert à Autun

     

    L'Inrap a fouillé, cet été  à Autun, une nécropole datant de l'Antiquité tardive et située à côté de l'église Saint-Pierre-l’Estrier, en collaboration avec le service archéologique de la ville.  

    Un vase rarissime,  au décor exceptionnel a été découvert lors de ces fouilles :

     

    Un vase en verre exceptionnel découvert à Autun

    Vue du vase diatrète dans le sarcophage où il a été découvert à Autun © Bérénice Bétend-Desgranges, Inrap / Bérénice Bétend-Desgranges- encore dans sa gangue de terre - Connaissance des Arts

     

    Des sépultures fouillées entre juin et septembre, il est sans doute l'objet le plus remarquable de tous ceux trouvés à ce jour. D'une douzaine de centimètres de haut et de diamètre, il est remarquable car en verre et bien conservé, et par son décor en relief témoignant d'une grande maîtrise. Il porte l'inscription : 

    « Vivas feliciter » (« Vis en félicité »)

    Tout comme les autres objets découverts dans la nécropole, il témoigne des coutumes funéraires de cette fin d'Antiquité romaine et des débuts de la chrétienté à Autun. Il témoigne aussi de la richesse de l'aristocratie gallo-romaine, aux IIIe et IVe siècle.

    Très fragile, il est conservé dans sa gangue et à l'abri de la lumière en attendant d'être confié aux restaurateurs.

    Sa forme et son décor le placent dans la catégorie des vases diatrètes (du grec signifiant percé), dont il ne nous est parvenu que très peu d'exemplaires, un cinquantaine au total, dont seulement dix entiers. Dont celui de Munich :

     

    Un vase en verre exceptionnel découvert à Autun

    La Coupe de Munich, seconde moitié du IVe siècle, trouvée à Cologne, en Allemagne et conservée à la Staatliche Antikensammlungen de Munich ©Matthias Kabel/Wikimedia Commons Le mystère des " vases en cage" - Connaissance des Arts présente d'autres exemples

     

    Ces  vases nous prouvent le degré de technicité atteint par les artisans romains, et ce quelle que soit la technique utilisée, que l'étude du vase d'Autun permettra peut être de mieux connaître.

     

    Le riche passé de la ville d'Autun, capitale romaine puis important centre chrétien, explique la qualité et l'intérêt des trouvailles effectuées sur ce site. Jusqu'au XVIIIe siècle des mausolées étaient encore visibles. Certains contenaient des sarcophages en marbre, dont peut-être celui d'Armator, cité comme le premier évêque d'Autun.

    " La nécropole accueillait les sépultures chrétiennes parmi les plus anciennes de la moitié nord de la Gaule : en provient l’une des premières mentions du Christ en Gaule, l’inscription de Pektorios, datée du IVe siècle." Inrap

    Il faut signaler également la grande variété des modes d'inhumations, cercueils en bois, coffrages de tuiles, sarcophages en grès, et en plomb. Autun compte le plus important gisement de cercueils en plomb du Nord de la France, une quarantaine, dont huit sur ce site. L'un d'eux, contenu dans un sarcophage de pierre est intact, et semble être resté hermétique. L'étude de son contenu se révélera intéressant.  

     

    ----------------------------------

    Pour plus d'informations :

    Article de Connaissance des Arts

    Les fouilles de l'Inrap

    Et lire aussi : "le cercueil de plomb du musée de Valence", sur ce blog.

     

    « Un message de la première guerre mondiale découvert en AlsaceQuid du Haut-Karabagh ? »

  • Commentaires

    1
    Mardi 24 Novembre 2020 à 16:44

    Une belle découverte.

    Biz

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :