• Se marier en couleurs

    Avant d'être adoptée à peu près partout dans le monde, la robe blanche était loin de faire l'unanimité lors des mariages. On le sait la symbolique du blanc varie selon les cultures et on préférait, dans la France des siècles derniers, se marier dans ses plus beaux atours. Le blanc aurait été abandonné au Moyen-Age pour revenir progressivement au cours de la Renaissance sans toutefois faire de l'ombre aux couleurs qui seront toujours privilégiées jusqu'à la fin du XIXe siècle. Ce serait la reine Victoria qui aurait introduit cette mode du blanc, vite relayée par les marchands de tissus et les couturiers.

    Mais là n'est pas l'objet de cet article. Je me base sur l'étude du costume comtadin et provençal que j'avais déjà effectuée, car plusieurs musées conservent des robes de mariées, toutes de couleur.

     

    Se marier en couleurs

    La Bastido - article sur le mariage provençal

     

    J'avais consacré un article à une exposition du Museom Arlaten "Vêtir nos identités",  et l'optique était non de citer des traditions plus ou moins bien digérées, mais remonter l'histoire du costume, ou plutôt du vêtement, après la Révolution et jusqu'à notre société de consommation où le vêtement est devenu aussi objet de consommation plus que d'identité.

    Cet article est motivé par une exposition que j'avais pu voir à Saint Rémy de Provence, consacrée justement à cette période, qui va jusqu'au tout début du XXe siècle, où le débat d'idées pouvait être violent et où on n'avait pas peur d'afficher ses opinions.

    Donc, en cette fin du XIXe siècle le combat pour la République est revendicatif et on n'hésitait pas à associer la couleur de son vêtement, ou d'une partie de son vêtement, à ses idées. Je n'ai rien trouvé sur le Net à ce propos, et je ne peux donc pas avancer des exemples. Je me souviens simplement que les couleurs les plus souvent associées aux idées politiques étaient :

    • le bleu, bien sûr pour les républicains,
    •  le vert pour les royalistes,
    • le rouge foncé, sans doute en référence à la pourpre, pour les bonapartistes.

    Je ne peux rien certifier ici, je me fie à mes souvenirs. Mais la tradition républicaine était forte en Provence, héritée de l'opposition au coup d'état de Napoléon III qui a fortement divisé le pays. Il en reste peu de choses aujourd'hui.

    Mais les musées conservatoires du costume provençal ont encore des robes de mariées colorées, comme l'exemple ci-dessus. Comme par exemple cette belle robe du musée du vêtement provençal à Solliès-Ville

     

    Se marier en couleurs

    Sur le blog de Nadine de Trans - Passion Provence

     

    Dans les deux exemples que j'ai trouvés, la robe est de facture simple, mais taillée dans un très beau tissu. Elles devaient appartenir à des dames de milieu aisé qui pouvaient se faire confectionner une tenue spéciale pour ce jour là. On le sait, dans le milieu populaire, les femmes se mariaient dans leur plus belle tenue, élaborée par l'assemblage de leurs plus belles pièces.

    Cet article fait suite à celui consacré au photographe de la Commune, et ce n'est pas un hasard. En effet, plus encore qu'une simple effervescence des idées, c'est bien une identité que l'on revendiquait et pour laquelle on était prêt à se battre et à mourir.

    Cela n'engage que moi, et mon parcours d'historienne toujours passionnée par la recherche des identités, celles qui font le lien entre les hommes.

    ----------------------------------------------------------------

    Musées conservatoires des costumes et des traditions,

    Museom Arlaten  http://www.museonarlaten.fr/

    Musée de Solliès-Ville - https://solliesville.fr/les-musees/

    Conservatoire du Musée Comtadin - Pernes les Fontaines  ICI

     Et sans doute bien d'autres.

    Article de ce blog sur "Vêtir nos Identités" ICI

    La Résistance républicaine de 1851 en Provence : origines et prolongements La Calenda

     

     PS, il semblerait toutefois que la couleur dans le vêtement soit toujours revendicative, de manière sporadique, tout comme certains vêtements... 

    « Bruno Braquehais : premier photo-reporter aux côtés des communards Lucie Cousturier, peintre, écrivain, et militante anti-colonialiste »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Juin à 21:05

    Dans de nombreuses cultures, le blanc est, en toute logique, synonyme de mort. C'est assez paradoxal. Nous en avons fait la couleur de la pureté. La pureté n'étant pas indissociable de la mort chez les judéo chrétiens me semble t'il.  Pour accéder au paradis il faut se purifier de nos pêchés. 

    J'aime beaucoup les tenues que tu nous proposes, leur sobriété et leur élégance.  Je préfère nettement les mariées en couleur. 

    Bonne soirée Fardoise 

      • Vendredi 11 Juin à 17:40

        Oui, moi aussi. Le mariage en blanc est un commerce essentiellement et les robes sont rarement belles.

    2
    Samedi 12 Juin à 08:05

    Ton article est très intéressant, je trouve les costumes provençaux très jolis mais je ne me suis jamais intéressé à leurs origines.

    Cela me rappelle une anecdote, quand mon fils était petit (il a 46 ans) un jour il m'avait dit :
    << Quand je serai grand je vais me marier avec une femme, et elle aura une robe blanche de toutes les couleurs...>>

    Voilà, c'était le sourire du matin, bon samedi !!!

      • Samedi 12 Juin à 09:16

        C'est trop joli !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :