• Christine de Pisan est née à Venise en 1364. Son père médecin est appelé à Paris en 1368 par Charles V. Elle reçoit l'éducation réservée aux filles de la noblesse. Pour la suite, voir sa biographie sur Wikipedia, ou toute autre encyclopédie. 

    Ce qui fait sa singularité, c'est que lorsqu'elle devient veuve elle décide de ne pas se remarier, et refuse d'entrer au couvent. Malgré les difficultés financières elle parvient à vivre des ressources héritées de son père et de son mari, ainsi que de sa plume. « De 1399 à 1418, avec une période particulièrement féconde entre 1400 et 1410, Christine a produit une œuvre considérable, en prose et en vers »  Elle devient un écrivain renommé, dans la France d'alors et à l'étranger. Wikipedia

    Christine de Pisa héritière des Trobairitz et première femme de lettres française

    Christine de Pisan présentant Le Livre des trois vertus à l'enseignement des dames à Marguerite de Bourgogne, la toute jeune dauphine de France. Wikipedia

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • En 2017, une nouvelle statuette féminine était découverte à Opava, en Moravie Silésie, lors de fouilles de sauvetage avant la construction d'une voie de circulation. Seule la partie inférieure a été retrouvée,

    La "Vénus" d'Opava, dans la lignée des statuettes féminines préhistoriques

    sur www.radio.cz

    D'autres statuettes avaient déjà été découvertes dans la région d'Opava dans les années 80, mais différentes. Celle-ci se rattacherait à la culture de Cucuteni-Trypillia (dans l'actuelle Ukraine).

    "D’après les archéologues de la branche locale de l’Académie des sciences, la statuette, créée vers 4 200 avant J.-C. par le peuple de la culture de Lengyel, couvrant essentiellement la Hongrie, la Slovaquie et la Haute-Silésie, servait d’objet de culte païen. Pour la responsable de fouilles, l’archéologue Kateřina Papáková, il s’agit d’une découverte exceptionnelle."  Article de Radio CZ

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • La revue l"Histoire" a consacré un numéro spécial au Moyen-Age, pour faire le point sur les dernières découvertes des chercheurs en histoire ainsi que des archéologues.

     

    Histoire médiévale pour en finir avec le médiévalisme

     

    Patrick Boucheron dans son article de présentation en revient à l'image très négative des époques médiévales, héritées de la Renaissance, mais aussi de l'idée "romantique" du Moyen Age qui sévit encore de nos jours. Le Moyen-Age ne serait-il que "l'envers de notre modernité" ? "Une longue période de gestation, l'ère des fondements, des commencements : fondement des nations, de l'autorité et de l'obéissance, de la souveraineté étatique."

     

    « L'histoire médiévale n'a que peu de rapport avec le médiévalisme", ce goût pour le Moyen Age qui évolue selon les époques, les pays, cette image " largement décapée par les historiens et les archéologues."

    A travers quelques exemples :

    • 1) L’évolution d’une ville médiévale : Limoges.
    • 2) Comment on connaît les villes (1) : les terres noires.
    • 3) Comment on connaît les villes (2) : la micromorphologie.
    • 4) Naissance d’un village médiéval : Saleux.
    • 5) L’organisation d’un village médiéval : Chateaugiron.
    • 6) Entre éclatement et concentration : Serris.
    • 7) Un village, son église et son cimetière : Rigny.
    • 8) Le véritable âge du fer ?
    • 9) Une nouvelle méthode : les lexicogrammes.

    ainsi que des études du monde médiéval au temps de Charlemagne, puis au XIIIe, XIVe siècles, l'évolution démographique, ceux cités en couverture de la revue, etc. ; les articles de l'Histoire d'octobre 2016, font à la fois le point sur les dernières recherches et tentent d'apporter de nouveaux points de vue.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Mai 2002, lors d'une fouille de sauvetage lors de travaux de contournement routier de Clermont-Ferrand, les archéologues de L'INRAP mettent à jour une sépulture qui réunit huit hommes et sept chevaux, alignés quatre à quatre sur deux rangées :

     

    Le mystère de la cavalerie gauloise de l'oppidum de Gondole

    sur le site "images d'archéologie" de l'INRAP

    Hommes et chevaux sont disposés sur le flanc droit, têtes au sud et regard à l'est. Le bras gauche en avant, souvent posé sur le squelette précédant. Aucune arme, aucune parure ou offrande, aucune pièce de harnachement. Seule donnée : la taille des chevaux qui sont petits, comme ceux que les gaulois avaient l'habitude de monter.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

    "Parle  leur de batailles, de rois et d'éléphants

    Mathias Enard - Actes Sud 2010

    "Combien faudra-il d'oeuvres d'art pour mettre la beauté dans le monde"

     

    J'ai lu ce livre à sa sortie et je me souviens avoir beaucoup aimé ce roman, car c'est un roman, atypique,  entre vérité historique et reconstitution,  il restait des zones d'ombre, que l'écriture de Mathias Enard comble. Au point de départ l'invitation lancée par le sultan Bajazet II à Léonard de Vinci, puis Michel Ange pour imaginer un pont sur le Bosphore. 

    "Tout a commencé à la Villa Médicis ; je me promenais dans la magnifique bibliothèque, et j’ai sorti un volume, peut-être au hasard, je ne sais plus ; c’était la vie de Michel-Ange par Vasari. Et en le feuilletant, je suis tombé sur la mention de l’invitation du sultan de Constantinople. Je me suis dit : quelle histoire magnifique. Il faut que je la raconte."

    « L'invitation du sultan est relatée par Ascanio Condivi (biographe et ami de Michel-Ange) et mentionnée aussi par Giorgio Vasari....

    Les lettres de Michel-Ange à son frère Buonarroto ou à Sangallo citées ici sont authentiques, je les ai traduites de son Cartaggio.

    … Pour le reste, on n'en sait rien. »

    Le reste, on le doit à la plume de Mathias Enard. 

    Lire la suite...


    votre commentaire