• Une cinquantaine de tablettes en bois de l'époque vandale - fin Ve siècle - ont été découvertes en Algérie en 1928 dans la région de Tébessa,

    Les tablettes "Albertini"

    http://www.babzman.com

     

    Il s'agit d'actes notariés privés, et outre leur intérêt historique, pour connaître la période de l'occupation de l'Afrique du Nord par les Vandales, ces tablettes sont aussi un jalon dans l'histoire de l'écriture. Elles sont écrites en cursive romaine évoluant vers la minuscule primitive(1), qui donnera la minuscule caroline, et le caractère "bas-de-casse" de notre imprimerie. (2)

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • La tradition qui veut que la religion carthaginoise pratiquait les sacrifices d'enfants, comme une vision "romantique" de l'horreur associée à un peuple dont on avait oublié l'histoire, réécrite par ses vainqueurs. 

    Les sacrifices d'enfants à Carthage mythe ou réalité ?

    Cet extrait de la bande dessinée « Le Spectre de Carthage » - Jacques Martin, les aventures d'Alix – Casterman 1977 - illustre la prise de Carthage par Scipion l'Africain. L'image reprend la "tradition" de la statue du Moloch-Baal aux bras articulés, "dévorant" les enfants qu'il propulse dans le brasier.

     

    Cette vision vient en ligne droite du texte de Gustave Flaubert, dans Salammbô , en 1862

    Chapitre XIII. Moloch

    « Les Mercenaires se préparent à l'assaut ainsi que les Carthaginois, assaut qui se produit bientôt. Après quelque temps, les Carthaginois, qui subissent le siège, commencent à souffrir de la soif et de la faim. « Moloch possédait Carthage. » Salammbô, malgré les reproches de Schahabarim, ne s'en sent nullement responsable. Un soir, Hamilcar lui amène son fils de dix ans - Hannibal - qu'elle a charge de garder. Peu à peu les Barbares prennent le dessus. Les Anciens pensent que Moloch est offensé et décident de lui sacrifier des enfants, dont le fils d'Hamilcar, qui envoie un esclave à sa place. L'horrible sacrifice a lieu. » Wikipedia

    « Enfin, le grand-prêtre de Moloch passa la main gauche sous les voiles des enfants, et il leur arracha du front une mèche de cheveux qu'il jeta sur les flammes. Alors les hommes en manteaux rouges entonnèrent l'hymne sacré,

    Hommage à toi, Soleil ! Roi des deux zones, créateur qui s'engendre, Père et Mère, Père et Fils, Dieu et déesse, Déesse et Dieu ! » et leur voix se perdit dans l'explosion des instruments sonnant tous à la fois, pour étouffer les cris des victimes.../...

    Avant de rien entreprendre, il était bon d'essayer les bras du Dieu. De minces chaînettes partant de ses doigts gagnaient ses épaules et redescendaient par-derrière, où des hommes, tirant dessus, faisaient monter, jusqu'à hauteur de ses coudes, ses deux mains ouvertes, qui, en se rapprochant, arrivaient contre son ventre ; elles remuèrent plusieurs fois de suite, à petits coupes saccadés. Puis les instruments se turent. Le feu ronflait.

    …/... Enfin, un homme qui chancelait, un homme pâle et hideux de terreur, poussa un enfant ; puis on aperçut entre les mains du colosse une petite masse noire ; elle s'enfonça dans l'ouverture ténébreuse. Les prêtres se penchèrent au bord de la grande dalle, et un chant nouveau éclata, célébrant les joies de la mort et les renaissances de l'éternité. »

     

    Gustave Flaubert et les historiens furent tributaires d'un texte de Diodore de Sicile, qui évoque le sacrifice collectif de centaines d'enfants. Mais la tradition était née. L'influence de Flaubert se perpétue et le quartier de Carthage où se trouve le grand sanctuaire porte le nom de Tophet  Salammbô. Voir plus loin.

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Emmanuel Finkiel a transposé pour le grand écran le récit de Marguerite Duras, celui là même qu'elle décrit au début du film, ces phrases transcrites tout au long de cette attente qui dilue le temps.

    "La Douleur" : la fin de la dernière guerre mondiale à travers le récit de Marguerite Duras  Cette douleur c'est celle de ceux qui attendaient le retour de tous ceux qui    étaient partis, arrêtés comme Robert Antelme le mari de la toute jeune Marguerite, pour cause de Résistance, mais aussi parce qu'elle était handicapée comme la fille de la personne qui attend aux côtés de l'héroïne, trompant cette douloureuse attente par un espoir désespéré. Le pire étant bien de ne pas savoir si l'on pouvait espérer.

     

     

    Le retour filtré, au compte goutte distille cette attente, la transformant en douleur profonde.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Découverte sur le mur d'une tombe de cité de Tarquinia,  

     

    L'inscription étrusque de Tarquinia citant Hannibal

    FELSNAS:LA:LETHES - SVALCE:AVIL:CVI - MURCE:CAPVE - TLECHE:HANIPALVSCLE

     

    cette inscription peut se lire :

    « Larth (prénom) Felsnas (nom de famille), fils de Lethe (nom du père, qui peut signifier esclave ou descendant d'esclave), a vécu 106 ans. Il a (x...) Capoue (y...) par Hannibal »

    d'après Jean-Paul Thuillier cité dans l'article de Wikipedia

    Ce court texte, comme la plupart des textes qui nous sont parvenus en langue étrusque,     témoigne de la difficulté que l'on a à en comprendre le sens. Car c'est là le paradoxe : il est possible de lire, de déchiffrer,  la langue étrusque, mais il est impossible de comprendre une langue qui reste isolée et oubliée.

    Les noms propres, les liens familiaux sont le plus souvent clairs, il est plus complexe de parvenir à déchiffrer le sens de la phrase, ici , quel est le rapport du défunt avec Hannibal ? Il est difficile d'interpréter les verbes, et donc le défunt a-t-il défendu Capoue en tant que mercenaire de l'armée carthaginoise ? Ou au contraire participé à la reprise de la ville avec les troupes romaines ? Participé à la reconstruction de la ville ?

    Lire la suite...


    4 commentaires
  •  

    Le concept d'ostracisme a son origine en Grèce antique. Dans l'Athènes du Vème siècle un citoyen pouvait être exclu de la cité par les membres de l'Ecclésia. Le vote se faisait par l'intermédiaire d'un tesson de céramique, l'ostrakon, ou ostracon, (du grec ancien ὄστρακον / ostrakon, "coquille")

    Ostracisme et ostrakons

     ostrakon portant le nom de Thémistocle, l'ostracisé le plus célèbre - vers 490-480 - musée de l'Agora antique Athènes - Wikipedia

    L'ostracisme signifiait le bannissement de la ville, pour dix ans, et s'accompagnait de la perte de tous les biens.

    Le terme nous est parvenu pour désigner, par extension, la décision et l'acte d'exclure une personne d'un groupe, ou l'hostilité d'une communauté à l'égard de l'un de ses membres. Pour celui, celle qui en est victime, l'ostracisme est une violence.

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires