• Cette grande statue, 2,5 mètres, taillée dans le calcaire, datant de l'âge du fer, a été découverte en 1934  à Capestrano, dans les Abruzzes. Elle est conservée au musée national des Abruzzes de Chieti.

    Le grand guerrier de Capestrano

    Elle s'inscrit dans la lignée des sculptures celtiques honorant le culte du héros guerrier, mais elle témoigne aussi d'influences variées, étrusco-italiques en particulier dans le vêtement. On la rapproche aussi, par sa posture hiératique, au kouros grec.

    A l'époque protohistorique les populations qui s'installaient dans un territoire se sont peu à peu assimilées, et elles ont intégré les us et coutumes locales. Les modes d'inhumation en témoignent. Ici la statue était enterrée dans un enclos circulaire au sein d'une vaste nécropole attribuée au peuple picène des Vestini Cismontania.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le blog Gallica consacre un article à la numérisation "grâce au mécénat de la fondation Polonsky, 800 manuscrits médiévaux  antérieurs au XIIe siècle conservés à la BNF et à la British Library." Ce même article détaille les secrets de fabrication des manuscrits, objets précieux auxquels on consacrait du temps, de l'attention, et un budget conséquent.

     

    Secrets de fabrication des manuscrits

    Psautier anglais, manuscrit latin 768, fin du XIIe siècle.

     

    L'article détaille les étapes, depuis le choix des peaux, fondamental, plus encore pour les grands ouvrages, puis leur préparation. Vient ensuite la découpe, l'assemblage en cahiers constitués de bi-feuillets cousus ensembles, et numérotés.

    Ce n'est qu'ensuite que les copistes peuvent commencer leur travail, après la mise en page et le traçage de lignes à la mine de plomb pour que le texte soit le plus soigneusement écrit possible. Enfin, intervient l'enlumineur.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Ce poème d'Aragon, (*) mis en musique par Léo Ferré incarne la guerre, celle de 14/18 plus précisément, qui fut bien longue et massacrante pour reprendre Georges Brassens,

     

    "Vous n'en reviendrez pas"

    Valence, le monument aux morts de la guerre de 14-18, le soldat est représenté tel les gisants du Moyen-Age, réservés aux grands de ce monde, associant ainsi dans un hommage digne tous ces modestes sacrifiés lors d'offensives meurtrières par des gradés, qui eux, ne montaient jamais au front...

     

    Alors, vous avez décidé de leur dédier des monuments pour garder leurs noms en mémoire,

    "Déjà la pierre pense où votre nom s’inscrit

    Déjà vous n’êtes plus qu’un mot d’or sur nos places

    Déjà le souvenir de vos amours s’efface

    Déjà vous n’êtes plus que pour avoir péri." (*)

     

     

    "Vous n'en reviendrez pas"

    Valence, représentation plus dans la tradition des années 20

     

    Déjà il ne reste plus que votre douleur

    que la pierre doit enfermer, immortaliser,

    vous tous qui avez perdu un proche, un être cher,

    disparu dans ces charniers inutiles.

    A tout jamais votre douleur est la nôtre.

     

    PS : en hommage à mon grand-père qui en était "revenu", gazé et donc meurtri à vie, parce qu'il était estafette et n'était rentré dans sa tranchée qu'après le gazage et avait trouvé tous les autres morts... Il m'a souvent raconté la guerre des tranchées, son horreur au quotidien.


    votre commentaire
  • Lorsque j'ai commencé à travailler dans les services de l'intendance de l’Éducation Nationale, en 1978, la comptabilité avait subit une modification importante : l'abandon des sommiers tenus manuellement, comme on l'avait fait pendant des siècles,

     

    De la mécanographie à l'ordinateur individuel - à travers mon expérience

    archives de Nantes

     

    et le passage à une comptabilité tenue par l'intermédiaire de machines à écrire adaptées. L'application du Nouveau plan comptable exigeait la tenue de documents en parallèle, comme :

    le journal général

    la balance

    les fiches de compte

    les fiches articles (fournisseurs...)

    La machine comptable permettait d'imprimer, à l'aide d'un clavier de machine à écrire, plusieurs documents grâce à l'introduction frontale,

    De la mécanographie à l'ordinateur individuel - à travers mon expérience

    RUF sur un site de collectionneurs

    sur lequel on peut trouver une histoire des machines à calculer

    Selon l'opération en cours, qu'il s'agisse d'un paiement (mandatement) ou des droits constatés (pensions élèves), le récapitulatif de toutes les opérations se trouvait sur le rouleau, et par dessus, on glissait les fiches par compte, puis les fiches articles. Je ne me souviens plus exactement combien il y avait de couches, mais il n'y avait pas intérêt à se tromper, car il n'y avait pas de correction possible, si ce n'est gommer chaque page. Autre gros inconvénient, elles ne totalisaient pas...  Il fallait donc aussi :

    De la mécanographie à l'ordinateur individuel - à travers mon expérience

    et s'armer aussi de beaucoup de patience.

    C'était à l'heure de l'électrique, juste avant l’informatique...

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • L'engouement des riches voyageurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe pour la civilisation étrusque, qui venait de ressurgir de l'oubli, a tenté les faussaires.

    Ainsi lorsque le Metropolitan Museum de New York acquiert entre 1915 et 1921 trois statues de guerriers en terre cuite, réduites à l'état de fragments, aucun expert alors, ne se doute de la supercherie,

     

     L'affaire des faux guerriers étrusques

     J'ai découvert cette affaire dans l'un des articles de l'ouvrage de Jean-Paul Thuillier :

    "Les Etrusques - la Fin d'un Mystère" (*)

    Les statues sont restaurées et exposées en 1933. Ce n'est que dans les années 1960 que la supercherie sera découverte et révélée, il s'agit de faux réalisés en 1914 dans un atelier d'Orvieto, par les frères Riccardi et leur complice Domenico Fuschini avec la contribution du sculpteur Alfredo Fioravanti.  Le 15 janvier 1961, à la suite d'analyses chimiques qui ne laissent pas la place au doute, le MET reconnait que ces statues sont des faux.

    Lire la suite...


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires