• "Quattrocento" : "les dents du temps"

    « Mis à part les fragments de papyrus retrouvés, calcinés, à Herculanum et ceux qui ont été découverts au milieu d'amas de détritus dans l'ancienne cité égyptienne d'Oxyrhynque, aucun manuscrit du monde antique grec et romain n'a subsisté jusqu'à nos jours. Tout ce qui nous reste, ce sont des copies, souvent très éloignées des originaux du point de vue du temps, du lieu et de la culture...

    Ces œuvres-là ont eu de la chance. La majeure partie des écrits des noms les plus célèbres de l'Antiquité a disparu sans laisser de trace..."

    "Quattrocento" : "les dents du temps"

    sur le site de l'université de Montpellier ICI

    Où sont donc passés tous les livres ? Le climat, les insectes expliquent, pour une large part, leur disparition. Le papyrus et le parchemin ont beau être remarquablement solides (plus que notre pauvre papier et nos données informatiques), les ouvrages se sont détériorés au fil des siècles, même lorsqu'ils ont échappé aux ravages des incendies et des inondations. »

    "Quattrocento" : "les dents du temps"

    Sous cette belle image des "dents du temps" Stephen Greenblatt parle de la disparition des livres et des bibliothèques de l'Antiquité.  L'encre de mauvaise qualité, l'utilisation même des manuscrits, expliquent en partie leur disparition. « les livres étaient la proie d’appétits très concrets. Il était possible, faisait remarquer Aristote, de détecter la présence d'animalcules... le lépisme, l'une des « dents du temps » selon l'expression de Hooke. »

    Le seul vrai moyen d'éviter de perdre ces manuscrits était d'en faire des copies, copies réalisées par des esclaves copistes livrarii que l'on distingue des scribes scribæ, qui étaient des citoyens libres.

    « Pendant une (très longue) période, dans l'Antiquité, ce déluge inépuisable de livres dut même être un problème. Où mettre tous ces ouvrages ? Comment les classer sur des étagères grinçantes ? Comment assimiler autant de savoir ? Quiconque vivant parmi une telle abondance de livres ne pouvait imaginer qu'un jour ils disparaitraient. C'est pourtant ce qui arriva : l'entreprise prit fin non pas soudain, mais lentement, avec la force cumulative d'une extinction de masse. Ce qui semblait stable se révéla fragile, ce qui paraissait immuable, temporaire...

    Le destin de la plus grande bibliothèque du monde antique illustre celui des livres dans son ensemble. » Il s'agit bien entendu de celle d'Alexandrie... Le déclin de l'empire romain, le dédain, voire l'hostilité des premiers chrétiens envers tous les témoignages de cultes païens, conjugués aux ennemis naturels des livres ont provoqué la perte de la majeure partie des ouvrages du monde antique.

    "Quattrocento" : "les dents du temps"

    Gian Francesco Poggio Bracciolini http://fr.wikipedia.org/wiki/Poggio_Bracciolini

    Sauf une infime partie sauvée dans les bibliothèques des monastères du monde chrétien. C'est dans l'une d'elles que Poggio Bracciolini, dit le Pogge, un humaniste florentin, va découvrir un exemplaire complet du poème de Lucrèce, De rerum natura, dont il obtiendra une copie. Et de copies en copies, jusqu'aux premiers exemplaires imprimés, la philosophie épicurienne, débarrassée des clichés qui la dévalorisaient, va imprégner l'humanisme du XV et du XVIe siècle à travers les œuvres et la pensée d'hommes tels que Machiavel (il conservait un exemplaire de De rerum natura sur lui et on a aussi identifié une copie de sa main en 1961) Thomas More, Giordiano Bruno, Montaigne (son exemplaire personnel à été identifié en 1989, après avoir été acheté lors d'une vente aux enchères par Paul Quarrie) ; pour ne citer qu'eux.

    Un ouvrage passionnant écrit par un professeur de l'université Harvard, spécialiste de Shakespeare, mais qui se montre ici un fin érudit et nous fait partager son érudition.

    « Quattrocento – Un grand humaniste florentin découvre un manuscrit perdu qui changera le cours de l'histoire »
    Stephen Greenblatt – traduction de Cécile Arnaud – Flammarion 2013

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 08:15

    Bonjour Fardoise, c'est vrai, quelle énorme perte que tous ces livres détruits, mis à part la bibliothèque d'Alexandrie il y eut aussi tous ceux qui furent brûlés volontairement sous couvert de religion ou de doctrine!  Mais nous avons tout de même quelques papyrus égyptiens, comme le papyrus d'Ipuwer  et celui de Turin par exemple, qui ont traversé les siècles sans trop de dommages. Mais c'est évidemment trop peu.
    Je te souhaite un beau week-end, bises.

    2
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 08:33

    Oui, Triskèle, heureusement certains ont su résister aux "dents du temps" et sont parvenus jusqu'à nous, qui savons un peu mieux en prendre soin... Enfin, c'est ce que j'espère, car on peut aussi commencer à douter de cela aussi. 

    Je sors d'une semaine sans connexion c'est long, mais il semble bien que la cause de la panne ait été trouvée. Bon week end à toi aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :