• Quand le patrimoine n'était pas encore au goût du jour

    Nous qui reprochons à d'autres de ne pas respecter leur patrimoine, il y a encore peu, non seulement nous ne nous en inquiétions pas, mais, souvent, utilisions les monuments du passé comme carrières, ou comme lieux de travail, d'habitation, de culte, au risque de nombreuses dégradations, quand nous ne les avons pas purement et simplement cédés.

    Palais des Papes Avignon

    Avignon, le Palais des Papes au début du XIXe – une gravure de Lemaire en montre l'état de délabrement - Wikipedia

     

    Si aujourd'hui nous consacrons au Patrimoine (dans un sens plus large que la seule architecture) deux journées par an, et tout au long de l'année du temps et de l'énergie pour lui rendre visite, le restaurer, en parler, il ne faut pas oublier que nous devons notre intérêt et notre respect pour cet héritage à des hommes comme Victor Hugo, Prosper Mérimée ou Eugène Viollet le Duc, et grâce à eux, à la notion de « Monument historique ». Depuis la notion de Patrimoine s'est étendue, et aujourd'hui on parle aussi de patrimoine mondial, de patrimoine immatériel, et que l'UNESCO veille à sa sauvegarde. Cela ne suffit pas toujours, mais au moins l'idée chemine et avec elle l'éducation, c'est par elle que l'intérêt s'éveille.

    Pour démontrer le peu d'intérêt que nous portions au patrimoine, et particulièrement au patrimoine architectural, il y a des exemples célèbres, comme les cloîtres du Sud Ouest, le Palais des Papes d'Avignon, la Maison carrée de Nîmes, etc. A ceux-là j'ajouterai deux exemples plus locaux, moins connus.

     

    Quand le patrimoine n'était pas encore au goût du jour

    Un temple gallo-romain transformé en église, à Vienne dans l'Isère. ICI

     

    On le sait aussi, les guerres de Religion, la Révolution, firent beaucoup de dégâts, et notamment la vente d'édifices comme biens nationaux. Ajouté à cela, la facilité à trouver là des pierres pour la construction, comme ici à Vaison la Romaine où les ruines antiques fournissent des sous bassement pour l'église romane ND de Nazareth,

    Vaison la Romaine

    sur  http://www.romanes.com//VaisonLaRomaine//index.html

     

    Cloisters

    Ici, nous pourrions nous croire dans les Pyrénées, mais non, nous sommes à New-York, au « Cloisters », le musée des cloîtres, dans l'île de Manhattan, et c'est une annexe du MET. Cinq cloîtres sont reconstitués à partir la collection d'art médiéval rachetée en 1925 par John D. Rockefeller au sculpteur George Grey Barnard. Parmi eux les cloitres de Saint-Michel de Cuxa et de Saint-Guilhem le Désert, regroupent des œuvres venues d'autres lieux. L'abbaye Saint Michel de Cuxa, dans les Pyrénées-Orientales a été vendue comme bien national, utilisée par des exploitations industrielles et agricoles, pillée, puis finalement, le cloître est vendu chapiteau par chapiteau, comme la fontaine, qui elle, est visible au Museum of Art de Philadelphie. L'abbaye de Saint-Guilhem le Désert est elle aussi vendue comme bien national, et si l'église devient la paroisse du village, le monastère est partagé entre des artisans et le cloître sert de carrière à un maçon. Bien que l'édifice soit classé en 1840, en 1906, un ensemble d'éléments sculptés du cloître est vendu au collectionneur George Grey.

     

    Conques

    Deux chapiteaux du cloître de Sainte Foy de Conques

    Sur la route de Compostelle, Sainte Foy de Conques est une étape importante, depuis l'origine du pèlerinage. Et pourtant, le cloître a été rasé dès le XVIe siècle et a servi de carrière au village lui-même. A droite on peut voir un chapiteau, sans doute de l'ancien cloître, dans le jardin d'une maison. Et la liste est encore longue de ces églises et abbayes pillées qui ne conservent que peu de vestiges des bâtiments conventuels, des cloîtres en particulier.

     

    chapelle du Miracle

    La chapelle du Miracle à Avignon

    En haut, l'intérieur de la chapelle dans son état actuel, pour d'autres détails, voir mon article sur mon autre blog, « Avignon états et lieux ». Elle a subi des transformations, les décorations, dont celles des bases des ogives, vendues, elle a abrité jusqu'à sa restauration très intelligente, un fabriquant de ponts et tout son matériel. En bas on peut voir des traces de l'ancien cloître dans des jardins voisins.

     

    Autre exemple, l'abbaye cistercienne de Valcroissant, près de Die. Si aujourd'hui elle est restaurée par ses propriétaires actuels avec l'aide d'une association, et abrite un gîte d'étape sur un GR, elle a été transformée en ferme et a perdu son cloître, la nef et les bas-cotés de l’église, l'aile des convers.

    Valcroissant

    Ici, son état des les années 1980 , avant sa restauration

    Pour plus d'information, le site de l'abbaye de Valcroissant

     

    Il ne s'agit bien entendu que de quelques exemples. Le chemin parcouru en France est déjà long et important, mais tout n'est pas réglé. Des œuvres disparaissent encore, particulièrement lors de travaux de restauration. J'espère que les Journées Européennes du Patrimoine susciteront encore longtemps un intérêt sincère.

    ----------------------------

    Monuments historiques, origine et situation  actuelle  sur WIKIPEDIA

    Le patrimoine mondial de l'UNESCO

    Un autre exemple, à Toulouse, une liste de tous les édifices religieux qui ont disparu ICI


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :