• Les films de Satyajit Ray

    Les films de Satyajit Ray ressortent en version restaurée.

    Le salon de musique de 1958 est le premier des films de Satyajit Ray à ressortir dans une version restaurée. Elle a été projetée à Utopia Avignon dans le cadre du ciné-club, présenté par Frédérique Hammerli, professeur de cinéma lors d'une rencontre très fructueuse et dont il est ressorti que ce film est un réel chef-d’œuvre à plus d'un titre. Il nous propose un état des lieux de L'Inde, à une période charnière de son évolution sociale, celle où l'industrialisation et une vision occidentale de la modernité viennent bousculer les archétypes.

    Les films de Satyajit Ray

    L'histoire, nous la connaissions, certains, comme moi avaient pu déjà voir ce film, notamment à la télévision. Rappel, en France il n'est sorti qu'en 1981, serions nous frileux face à ce film atypique. Le sujet déjà qui tourne autour de la musique indienne et de la passion que lui voue un aristocrate, ruiné, mais qui jette ses dernières ressources dans ces concerts qu'il affectionne tout particulièrement. La musique indienne n'avait pas encore été mise à la mode par la les hippies et Ravi Shankar encore inconnu du grand public français. La musique qui nous est donnée à entendre pourtant nous prend et nous emporte dans un crescendo pour terminer dans l'apothéose du tout dernier concert avec cette danseuse sublime d'expressivité. La bande originale est de Vilayat Khan et plusieurs musiciens interviennent tout au long du film, tous aussi extraordinaires.

    La grande particularité de ce film, et cela a été bien développé lors des débats, c'est son rapport au temps. Le temps ici est multiple, cyclique et donc sans début ni fin pour Biswanbhar Roy qui n'accepte pas la fin de son monde. mais le temps est linéaire pour son rival et voisin Biswanbhar Roy, parvenu, qui est lui engagé dans la voie du progrès technique.

    La très grande esthétique du film avec un noir et blanc d'une grande intensité, commence en plan fixe sur le portrait de Roy, comme en photographie, alors que le temps s'est arrêté pour lui, jusqu'à ce que, réveillé une dernière fois par son rival, il accepte sa fin, mais ne veux pas, ne peux pas, déroger à sa superbe et jette ses dernières ressources et ses derniers feux dans son ultime concert.

    La caméra est sans cesse suggestive, caressant les personnes, les visages, les objets qui viennent en contrepoint en autant de symboles. Le terrain qui se ravine devant la fontaine, les marques de désuétude de ce curieux palais aux allures néo-grecques, l'insecte qui se noie, le miroir qui renvoie des images fantomatiques, et bien entendu le grand lustre qui ouvre et termine le film.

    Six autres films de Satyajit Ray vont ressortir en 2014 : Charulata, le Dieu éléphant, le Héros, La Grande ville, le Lâche et Le Saint.




    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :