• La prison de Montluc - un lieu de mémoire

     

    Ils avaient un nom, ils avaient un visage

    La prison de Montluc - un lieu de mémoire

     mais les nazis tenaient leurs vies dans leurs mains.

    D'eux, il ne reste que la mémoire, parce qu'ils étaient célèbres, comme Marc Bloch, ou  pour avoir laissé un nom gravé dans l'une des portes de la prison de Montluc. La plupart des 10000 personnes que les nazis ont enfermé là n'en sont pas revenus, morts fusillés, dans les camps...

    Fermée depuis 2009, elle sert un temps aux entrainements de la police, le second étage en garde les traces, à gauche

    La prison de Montluc - un lieu de mémoire

    elle est aujourd'hui un lieu de mémoire géré par l'Association des Anciens combattants. La mémoire conservée de ceux qui furent internés, souvent torturés, parce devenue prison allemande et parce qu'y a sévi Klaus Barbie. Juste retour des choses, c'est là qu'il fut interné en 1983 après son extradition de Bolivie.

     

    Ancienne prison militaire construite après la première guerre mondiale sur les terrains du fort de Montluc,

    La prison de Montluc - un lieu de mémoire

    les officiers y avaient leur pavillon à part

    elle devient prison de Vichy jusqu'en 1942 et les résistants y rejoignent les militaires et les insoumis. Après l'invasion de la zone "libre" elle est réquisitionnée par les Allemands progressivement dirigée par Klaus Barbie. Les conditions de détentions deviennent terribles. Tous les bâtiments sont convertis en lieu de détention, car les prisonniers ne sortent de leurs cellules que pour être interrogés. Les 122 cellules de 4 m², prévues pour un seul prisonnier, contiennent jusqu'à huit personnes,

    La prison de Montluc - un lieu de mémoire

    Pas de toilettes, juste la tinette pour tous, passée par un trou à travers le mur, pas de douche, pas de réfectoire... Ceux qui arrivent ici, résistants, otages, juifs, sont en transit vers les camps, ou seront fusillés.

    La prison de Montluc - un lieu de mémoire

    Le mémorial  redonne un nom et un visage à une partie d'entre eux. Certains sont devenus célèbres, comme Jean Moulin ou les enfants d'Izieu, mais des milliers sont restés anonymes.

    Parmi eux, j'ai choisi Marc Bloch, grand historien, qui avait fait évolué l'histoire vers une approche plus "humaine", et modifié, déjà, notre vision du Moyen-Age. Ce n'est sans doute qu'après la guerre que son apport a été largement reconnu. Ses publications font toujours référence. Il a été fusillé parce que résistant, et juif.

    La visite du 21 mai à laquelle j'ai participé était organisée par l'ANACR de Valence.


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 3 Juin 2016 à 17:23

    Ca doit être terriblement éprouvant de visiter un pareil endroit, j'ai déjà du mal à regarder les photos!

    Je ne comprendrai jamais comment des hommes, des milliers d'hommes, peuvent faire de telles horreurs. Et malheureusement il y en a encore qui font la même chose dans d'autres parties du monde.

     

      • Vendredi 3 Juin 2016 à 17:29

        Je m'étais "préparée", notamment en regardant des témoignages à la télévisions, encore plus émouvants. Je cherche à comprendre, à me rendre compte, même si c'est dur. Cela l'était tellement plus pour eux, et tu as raison, pour tant de personnes encore aujourd'hui.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :