• L"idole" de Shigir

    L"idole" de Shigir

    sciencesetavenir.fr

     

    Connue pour être la plus ancienne sculpture en bois conservée, elle a été trouvée en 1890 dans l'Oural, dans la tourbe, et elle est conservée au Musée d'histoire régionale d'Iekaterinbourg. Découverte en plusieurs morceaux, elle a été reconstituée et mesurait alors 5,3 mètres. Elle  n'en mesure plus que 2,8 mètres. Non qu'elle ait réduit pour cause de mauvaise conservation, mais elle a été victime des guerres et des révolutions.

     

    L"idole" de Shigir

     

    dans sa vitrine à gauche, et à droite dessins de l’archéologue sibérien Vladimir Tolmachev, réalisés en 1916 - Wikipedia

     

     L'article de Sciences et Avenir indique que "de nouvelles datations publiées dans la revue Quaternary International viennent de repousser l’âge de ce trésor préhistorique de plusieurs siècles." Elle aurait 12500 ans.

     

    À titre de comparaison, la grande pyramide de Gizeh, tombeau présumé du pharaon Khéops, a été édifiée il y a 4.500 ans.

     

    "Thomas Terberger, professeur de préhistoire au Département du Patrimoine culturel de Basse-Saxe (Allemagne), qui a participé à ces nouvelles datations radiocarbones avec son collègue Mikhail Zhilin de l’Institut d’Archéologie de l’Académie des sciences russes ; note  :

    "Il n’existe pas de sculpture sur bois aussi ancienne dans toute l’Europe, ni dans  le monde. Preuve qu’au début de l’Holocène [époque géologique s’étendant sur les 10 000 dernières années, NDLR ] les populations de chasseurs et de pêcheurs-cueilleurs de l’Eurasie étaient aussi avancées dans leurs créations que celles du Moyen-Orient ".

     

    Le surnom d'"idole" ne doit pas faire penser qu'elle a une portée religieuse. Impossible de savoir, comme pour la plupart des représentations préhistoriques, s'il s'agit de la représentation d'ancêtres, d'esprits, etc. Les signes gravés sont semblables à d'autres trouvés sur des os, de l'ambre.  Représentent-ils des tatouages ? des notations ? De simples décors ? 

     

    Elle rejoint dans notre imaginaire les pierres gravées, statues menhir et autres outils décorés. Nous ne comprenons pas leur signification mais elles n'en sont pas moins émouvantes.

     

     

    « Hommage à Khaled al-Asaad Un portrait de soldat de la 1ère guerre mondiale sous la tapisserie »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :