• René Vautier, réalisateur et scénariste, et  militant, est mort en Bretagne le 4 janvier 2015. Je reviens, comme beaucoup sur son film le plus connu, "Avoir 20 ans dans les Aurès", que j'ai vu plusieurs fois, sauf dans sa version "numérique" sortie en 2012. Film militant s'il en est, et plus qu'un seul témoignage sur la guerre d'Algérie, cette guerre qui n'a jamais osé dire son nom, c'est avant tout un film antimilitariste et antiraciste.

      Disparition de René Vautier réalisateur de "Avoir 20 ans dans les Aurès"

    René Vautier en 2008 sur le site http://www.lemonde.fr

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • "J'avais cinq marches à mon perron
    Les quat'filles March avaient un père docteur
    Y avait trois lanciers au Bengale
    Et le facteur a sonné deux fois
    N'avait pas de courrier pour moi"

    variante

    "Mais le facteur sonna deux fois
    Pour me dire « Votre fils est mort »

    Zola Jackson

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Il est ainsi des lectures qui marquent et marqueront longtemps, ce livre là en fait partie. On a beau savoir, avoir vu des reportages, la Chine contemporaine reste mal connue, et ce n'est pas pour rien.

    Ici nous plongeons au cœur de la zone 99, un camp de "novéducation" au temps du grand Bond en avant.

    Les quatre Livres - Yan Lianke

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • L'histoire se situe au cœur de la tragédie Vaudoise. Elle débute en 1685. La révocation de l'Édit de Nantes pousse la petite communauté vaudoise calviniste piémontaise à l'exil. Myriam est enlevée sur la route de Genève par le syndic de Savine. Elle sera élevée comme la fille qu'il a perdue, et convertie au catholicisme.

    Pour ces gens frustres, ceux qui sont marqués du sceau de la différence sont appelés le plus souvent par leur surnom, Myriam devenue Marie par son baptême, c'est la « barbette », malgré tout, une « fausse » repentie, restée vaudoise dans son cœur, dont tout le monde se méfie, (on appelle « barbets » les Vaudois, d'après le surnom de « barbes » donné à leurs pasteurs). Morone c'est « l'Italien », celui dont on ne sait rien et surtout pas de quoi il vit, qui reste à l'écart du reste du village, ni accepté ni cherchant à s'intégrer. De la méfiance à la suspicion, il n'y a qu'un pas vite franchi lorsque le malheur frappe. Et il frappe fort et souvent dans ces contrées rudes où la vie est suspendue au gré de la montagne, magnifique mais terriblement oppressante et menaçante.

    "Le passage de la Montagne" Jean Chatenet

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • S'il est un film "historique" devenu mythique, c'est bien celui-ci. J'avais découvert ce film à sa sortie en 1972 et je l'ai pris en pleine figure, clouée à mon siège dès les premières images totalement baroques de la descente des Andes.

    Aguirre La Colère de Dieu - Der Zorn Gottes

    http://toutlecine.challenges.fr/

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique