• Christine de Pisan héritière des Trobairitz et première femme de lettres française

    Christine de Pisan est née à Venise en 1364. Son père médecin est appelé à Paris en 1368 par Charles V. Elle reçoit l'éducation réservée aux filles de la noblesse. Pour la suite, voir sa biographie sur Wikipedia, ou toute autre encyclopédie. 

    Ce qui fait sa singularité, c'est que lorsqu'elle devient veuve elle décide de ne pas se remarier, et refuse d'entrer au couvent. Malgré les difficultés financières elle parvient à vivre des ressources héritées de son père et de son mari, ainsi que de sa plume. « De 1399 à 1418, avec une période particulièrement féconde entre 1400 et 1410, Christine a produit une œuvre considérable, en prose et en vers »  Elle devient un écrivain renommé, dans la France d'alors et à l'étranger. Wikipedia

    Christine de Pisa héritière des Trobairitz et première femme de lettres française

    Christine de Pisan présentant Le Livre des trois vertus à l'enseignement des dames à Marguerite de Bourgogne, la toute jeune dauphine de France. Wikipedia

    L'époque de Christine de Pisan sonne la fin de la littérature courtoise, lorsque Jean de Meung reprend le Roman de la Rose, nous sommes loin de Guillaume de Lorris, dernier vrai représentant de cette tradition courtoise. Le ton est plus désenchanté, dogmatique. Fini le temps où la femme était la Dame, symbole de la perfection et de toutes les aspirations les plus nobles. Un vent d'anti féminisme commence à souffler. Lorsque Christine de Pisan compose son "Épître au Dieu Amour", pour contrer les idées de Jean de Meung, c'est l'Université de Paris qui se sent attaquée. Une querelle s'ensuit, seul Jean  Gerson soutiendra Christine de Pisan, lui qui, comme elle, défendit aussi Jeanne d'Arc. (*)

    Alors, oui, Christine de Pisan est bien l'héritière des Trobairitz, la dernière femme qui défendit l'amour courtois et toute la pensée de la chevalerie, s'ouvre après elle l'ère des "femmes savantes", si décriées dans toute la littérature française, Molière en première ligne. Il faudra attendre la fin du XIXe et le début du XXe siècles pour que son œuvre soit redécouverte et que l'on passe outre la condescendance réservée à la littérature féminine. Sa figure sera utilisée par la Résistance, elle qui en pleine guerre de Cent Ans dédie un ouvrage à Jeanne d'Arc, Le Ditié de Jehanne d'Arc, 1429. Un grand nombre de travaux lui sont consacrés, pas seulement par les milieux féministes.

     * * * * * * * * * * * * * *

    (*) A une simple biographie, j'ai privilégié l'approche de Régine Pernoud qui a beaucoup fait pour que les femmes du Moyen-Age retrouvent une place plus juste dans nos mémoires. « La Femme au temps des cathédrales » Régine Pernoud

    et pour sa biographie, Wikipedia


    Repris de l'article sur l'un de ses poèmes, "Mon Vrai Amour", qui illustrait le mois d'avril du calendrier 2015 réalisé par l'atelier de calligraphie d'Avignon

    http://entretoilesetpapiers.eklablog.com/christine-de-pisan-mon-vrai-amour-a114642104

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :