• "L’UNESCO mobilise activement ses partenaires et met en garde la communauté internationale pour protéger le patrimoine culturel en Syrie durant le conflit. Ainsi, depuis 2012, l’UNESCO a mobilisé ses partenaires, telles que les unités spécialisées de police, mais aussi les pays voisins de la Syrie, afin de coopérer efficacement dans le cadre de la Convention de 1970 et d’empêcher le trafic illicite de biens culturels, notamment par un renforcement des contrôles aux frontières de la Syrie."

    Le patrimoine syrien est menacé par les conflits armés,

    Sauver le patrimoine culturel syrien

    le Krak des Chevaliers endommagé sur http://cdn3-new-europe1.ladmedia.fr/

    mais on assiste aussi au pillage systématique des sites archéologiques. "Les pièces archéologiques de valeur ainsi découvertes alimentent un commerce lucratif pour certains négociants peu scrupuleux, actifs en Syrie comme à l’étranger. Cela explique que les sites les plus proches des frontières représentent une cible privilégiée pour les trafiquants. On sait par ailleurs que des objets syriens commencent à apparaître sur le marché de l’art international."

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • La porte d'Ishtar à Babylone : de l'héritage !

    "l'extraordinaire porte d'Ishar" telle qu'elle est présentée au musée de Pergame à Berlin

    La porte d'Ishtar est un symbole a elle seule de la place que nous accordons aux œuvres d'art du passé dans notre société. Construite à partir du VIème siècle avant notre ère, elle était l'une des huit portes de la ville de Babylone, la Babylone de Nabuchonosor II, l'un des souverains les plus connus de l'empire néo-babylonien, dans l'une de ses périodes les plus fastes. Actuellement elle est visible au musée Pergame de Berlin.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • « Mis à part les fragments de papyrus retrouvés, calcinés, à Herculanum et ceux qui ont été découverts au milieu d'amas de détritus dans l'ancienne cité égyptienne d'Oxyrhynque, aucun manuscrit du monde antique grec et romain n'a subsisté jusqu'à nos jours. Tout ce qui nous reste, ce sont des copies, souvent très éloignées des originaux du point de vue du temps, du lieu et de la culture...

    Ces œuvres-là ont eu de la chance. La majeure partie des écrits des noms les plus célèbres de l'Antiquité a disparu sans laisser de trace..."

    "Quattrocento" : "les dents du temps"

    sur le site de l'université de Montpellier ICI

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Plus qu'une simple bibliothèque, la bibliothèque Inguimbertine dispose de fonds exceptionnels, et grâce notamment aux donations faites par celui qui en est à l'origine : Joseph Dominique d’Inguimbert, évêque de Carpentras et qui légua ses livres, ses manuscrits, son médailler, ses antiques et ses estampes.

     

     La bibliothèque Inguimbertine de Carpentras

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • C'est un débat ouvert et qui fait polémique, le sujet est grave, capital sur le plan culturel, et épineux.

    On le sait les grands musées occidentaux ont constitué leurs collections sur la base de « l'emprunt » aux pays étrangers, depuis que l'esprit même de collection se généralisait avec les « Lumières ».Faut-il aujourd'hui, parce que les mentalités ont évolué, et parce que les pays d'origine ont eux-même de grands musées, restituer des œuvres majeures comme, la Pierre de Rosette, le buste de Néfertiti, les frises du Parthénon ?

    Faut-il restituer les collections des musées à leurs pays d'origine

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique