• Activités humaines à travers le temps

  • Dans la série des articles sur les innovations techniques de l'époque médiévale, je reprends ici celui que j'avais écrit sur mon autre blog à propos des pigments utilisés en peinture, enluminure et teinture au Moyen-Age.  Il s'agit d'une contribution à un inventaire, d'après des travaux déjà menés, non d'une étude personnelle. A l'origine, un travail de recherche pour un exercice précis, mené sur les pigments utilisés par les moines Irlandais du haut Moyen-Âge, et plus précisément par ceux de Lindisfarne. Les illustrations de l'article sont tirées des Évangiles de Lindisfarne (Lindisfarne Gospels en anglais) dans le royaume de Northumbrie, réalisés entre la fin du VIIe et le début du VIIIe siècle. British Library.

     

    Pigments et colorants au Moyen-Âge

      

    Lire la suite...


    5 commentaires
  • Au cours des XIe et XIIe siècles, l'équipement militaire évolue. Les casques et les cottes de mailles, et autres broignes ( vêtement sur lequel sont fixées des plaques rigides)  font que les combattants sont de moins en moins facilement identifiables, et donc se ressemblent tous.

     

    Le blason et la héraldique - une autre invention du Moyen-Age

    écus pré-héraldiques - tapisserie de Bayeux - la mort de Harold Wikipedia

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Les "indiennes", ces cotonnades peintes aux couleurs vives sont l'une des caractéristiques de la Provence, difficile de ne pas en voir dans les vitrines des marchands de souvenirs.

    Les indiennes et la Provence

    Indienne des" Olivades" Wikipedia

    Ces motifs, si ce ne sont pas ceux que l'on voit le plus fréquemment de nos jours, sont plus directement inspirés des étoffes que l'on a commencé à importer de l'Inde, de Perse et de l'Empire Ottoman dès la fin du XVIe siècle. Au XVIIème siècle, l'aristocratie européenne adopte la mode des  « indiennes »: « chafarcanis » à fond rouge ou violet et fleurs blanches, ou à fond blanc et fleurs rouges ou violettes, colorées grâce à la garance ; toiles bleues d'Alep, indigo.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le costume traditionnel ne l'est pas tant que cela. Un ouvrage, au titre explicite"Des habits et nous,vêtir nos identités", nous donne des pistes pour comprendre comment il s'est mis en place progressivement après la Révolution avant de connaitre son apogée à la fin du XIXème et au début du XXème siècle, avant de se figer en "costumes folkloriques" :

    De la parure II : le costume traditionnel en France

    Sous l'Ancien Régime chacun devait s'habiller selon son rang dans la société, et pour les plus pauvres selon ses moyens. Les élites sont les premières à s'affranchir des codes et les habits de cour disparaissent (pour être rétablis par Napoléon).  Les représentants du tiers État aux États Généraux de 1789 sont tous vêtus de noir pour se distinguer des autres groupes par leur simplicité.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Le chardon cardère est l'exemple d'une collaboration réussie entre l'agriculture et l'industrie.  

    Cette plante de la famille des Dipsacaseae, que l'on trouve à l'état sauvage, a été largement cultivée afin de servir dans l'industrie textile, notamment à Avignon (voir en fin d'article). La cardère à lainer  (Dipsacus sativus), cultivée, se distingue du  chardon cardère sauvage (Dipsacus fullonum) par un capitule plus long et des épines recourbées :

    La cardère à lainer

    Wikipedia

    Lire la suite...


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique