• L'histoire de Châteauneuf sur Isère, située au confluent de l'Isère et du Rhône, est liée à l'existence d'une molasse de belle qualité qui a servi à la construction depuis l'Antiquité jusqu'au Moyen-Age dans toute la région, notamment à Valence et Romans où elle est la pierre des principaux monuments.

    Le village troglodyte est lié aux carrières de molasse, il est dominé par cette cheminée de fée.

    Les carrières sont exploitées jusqu'à la fin du XIXe siècle, où le ciment vient la concurrencer. Elles sont pour un temps transformées en champignonnières, jusqu'à la crise du champignon dans les années 1980.

    Aujourd'hui, elles se visitent sur les sites du Châtelard, de la Combe, Picard, Guillot.

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Ce site aujourd'hui consacré à l'image était une usine de munitions jusqu'en 1964.

    La cartoucherie de Bourg lès Valence

    La vue lorsqu'on arrive à l'intérieur du site

    Cet ancien site industriel frappe en premier lieu par sa superficie et par son architecture bien ordonnancée, avec une rupture entre les bâtiments industriels proprement dits, au centre, et ceux consacrés à l'administration, aux extrémités, d'un tout autre style,

    La cartoucherie de Bourg lès Valence

    Son histoire est tout autant étonnante, car cette entreprise a été entièrement créée de toutes pièces au XIXe siècle par un homme, Noël Sanial. En 1852 il achète ce vaste domaine pour y construire une manufacture textile. C'est à lui que nous devons l'architecture du lieu, qui a été respectée par les occupants suivants.

    Plusieurs déboires, dont deux incendies, la crise du cocon, vont provoquer sa ruine et il soit fermer l'usine textile en 1866.  En 1874 la Cartoucherie Nationale s'y installe. Il s'agissait alors de compenser le départ de l'école d'artillerie de Valence, celle que Bonaparte fréquenta

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le monument de la Fédération Etoile sur Rhône

    Ce monument construit en pierre bleue de Chomerac,  inauguré le 8 octobre 1893 par Maurice Faure et Emile Loubet, commémore la première Fédération révolutionnaire née ici à Etoile.

    Dès l'été 1789, la communauté se réorganise autour du curé Chaix, qui devient premier échevin et de la milice bourgeoise dont le colonel Melleret prend la tête (1). C'est le 29 novembre 1789 que se produit, à Étoile, un événement d'une grande portée : venus de 17 communes des environs de Valence et de La Voulte, près de 12 000 gardes nationaux du Dauphiné et du Vivarais se réunissent dans la plaine d'Etoile « fraternisent » et jurent « de rester à jamais unis, de protéger la circulation des subsistances et de soutenir les lois émanées de l'Assemblée constituante » (2)

    Cette première assemblée sera suivie d'autres et cela aboutira à la fête de la fédération du 14 juillet 1790.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Ils avaient un nom, ils avaient un visage

    La prison de Montluc - un lieu de mémoire

     mais les nazis tenaient leurs vies dans leurs mains.

    D'eux, il ne reste que la mémoire, parce qu'ils étaient célèbres, comme Marc Bloch, ou  pour avoir laissé un nom gravé dans l'une des portes de la prison de Montluc. La plupart des 10000 personnes que les nazis ont enfermé là n'en sont pas revenus, morts fusillés, dans les camps...

    Fermée depuis 2009, elle sert un temps aux entrainements de la police, le second étage en garde les traces, à gauche

    La prison de Montluc - un lieu de mémoire

    elle est aujourd'hui un lieu de mémoire géré par l'Association des Anciens combattants. La mémoire conservée de ceux qui furent internés, souvent torturés, parce devenue prison allemande et parce qu'y a sévi Klaus Barbie. Juste retour des choses, c'est là qu'il fut interné en 1983 après son extradition de Bolivie.

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Le site des anciennes fonderies - La Voulte sur Rhône

    Le site tel qu'il est aujourd'hui,  classé MH en 1996, et reconverti en parc et lieu pour les associations en 2005-2006.

    Les hauts fourneaux, au nombre de 4, sont construits en 1828 et en 1846, par le Compagnie Loire et Isère, pour utiliser le minerai de fer du site de la Boissine, acquis en 1812 par les sidérurgistes lyonnais Frèrejean, associés aux Blumenstein pour créer la plus importante industrie sidérurgique de la région.

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique